Serbie : une fusillade dans une école fait neuf morts, dont une élève française

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Huit enfants et le gardien ont été abattus, mercredi 3 mai, dans une école, dans le centre de Belgrade. L’auteur présumé des coups de feu est un adolescent, qui avait longuement préparé son attaque.
Serbie : une fusillade dans une école fait neuf morts, dont une élève française Huit enfants et le gardien ont été abattus, mercredi 3 mai, dans une école, dans le centre de Belgrade. L’auteur présumé des coups de feu est un adolescent, qui avait longuement préparé son attaque. (France 2)
Article rédigé par France 2 - T.De Barbeyrac, @RevelateursFTV, B.Bervas
France Télévisions
France 2
Huit enfants et le gardien ont été abattus, mercredi 3 mai, dans une école, dans le centre de Belgrade. L’auteur présumé des coups de feu est un adolescent, qui avait longuement préparé son attaque.

Un à un, les services de secours évacuent les corps des victimes de cette école du centre de Belgrade, en Serbie. D’abord, celui du gardien de l’école, tué en essayant de protéger les enfants, et celui des huit adolescents, âgés de 11 à 15 ans. Parmi les victimes, une élève française. Sans apporter plus de précisions, le ministère des Affaires étrangères apporte ce soir, “tout leur soutien à la famille de notre jeune compatriote”

L’adolescent de 13 ans avait tout planifié 

Ce matin, le garçon, élève de l’établissement s’est rendu à la police sans violences. Il venait de vider trois chargeurs de 15 balles. Son passage à l’acte est incompréhensible pour ses professeurs. Selon les enquêteurs, cela faisait un mois que l’adolescent préparait son attaque, pas de mobile pour l’instant, mais il a commencé à se livrer. “Le garçon avait tout planifié, il avait une liste des élèves à tuer, et avait dessiné un plan. Il s’était fixé des cibles prioritaires”, déclare Veselin Milic, chef de la police de Belgrade. Il aurait subtilisé deux armes à son père. Le gouvernement a décrété trois jours de deuil national.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.