Assassinat du caporal Arthur Noyer : les indices qui ont mené à la mise en examen de Nordahl Lelandais

De nouveaux "indices graves et concordants" ont permis de faire le lien entre le principal suspect de l'affaire Maëlys et la disparition d'Arthur Noyer, a annoncé mercredi le procureur.

Perquisition au domicile de Nordahl Lelandais, à Domessin (Savoie), le 5 septembre 2017. 
Perquisition au domicile de Nordahl Lelandais, à Domessin (Savoie), le 5 septembre 2017.  (MAXPPP)

Nordahl Lelandais, déjà soupçonné d'avoir enlevé et tué la petite Maëlys en août en Isère, a été mis en examen pour l'assassinat du caporal Arthur Noyer, disparu en Savoie en avril, a annoncé le procureur de Chambéry (Savoie), mercredi 20 décembre. 

>> DIRECT. Nordahl Lelandais mis en examen pour "assassinat" après l'identification du crâne du militaire disparu Arthur Noyer

Si l'enquête piétinait jusqu'ici, de nouveaux "indices graves et concordants" ont permis de faire le lien entre le principal suspect de l'affaire Maëlys et la disparition d'Arthur Noyer. Les enquêteurs vont maintenant "regarder toutes les disparitions inquiétantes dans la région", a précisé le procureur. Franceinfo fait le point sur les éléments qui ont conduit à la mise en examen de Nordhal Lelandais dans cette affaire. 

Une Audi similaire à celle de Nordahl Lelandais repérée sur les lieux 

Sur les images de vidéosurveillance aux alentours du quartier Curial à Chambéry, une Audi est repérée à plusieurs reprises aux mêmes endroits et sur les mêmes créneaux horaires qu'Arthur Noyer, selon le procureur. Après la disparition du militaire dans la nuit du 11 au 12 avril, les enquêteurs entament un minutieux travail pour essayer de retrouver le propriétaire de cette voiture, mais il y a 2 900 Audi rien qu'en Savoie. "Au départ de cette enquête, il n'y avait aucune piste sérieuse", note le magistrat. 

C'est à la suite de la disparition de la petite Maëlys, à seulement une trentaine de kilomètres de Chambéry, que l'enquête concernant Arthur Noyer se débloque. Le rapprochement entre les deux affaires s'est fait "il y a quelques semaines", selon une source proche de l'enquête. Nordahl Lelandais possède en effet une Audi noire, dans laquelle a été retrouvé l'ADN de la fillette. C'est après l'identification de "cet énorme lien", selon le procureur, que les enquêteurs procèdent à des vérifications sur la géolocalisation des deux téléphones portables de Nordahl Lelandais. 

Ses téléphones ont "borné" aux mêmes endroits et heures que celui d'Arthur Noyer

Les enquêteurs ont découvert que les deux téléphones de Nordahl Lelandais ont été localisés au même endroit que celui d'Arthur Noyer au moment de sa disparition. Selon une source proche du dossier citée par France 2, les portables se sont même déplacés ensemble. Ils ont "borné" aux mêmes endroits entre 23h48 et 3h41 à Chambéry et dans ses environs, a précisé le procureur. Nordahl Lelandais a éteint un téléphone à 3h31 et le second à 3h41. Il ne les a rallumés qu'à 7h53, à son domicile de Domessin (Savoie). 

Ce soir-là, Arthur Noyer s'était rendu avec des amis dans une boîte de nuit du quartier Curial, à Chambéry. Pendant la fête, il perd son portable. Prévenue, la police nationale intervient et son mobile lui est restitué, explique Le Dauphiné libéré, sans plus de précisions. Mais le procureur écarte toute implication des personnes liées à cet incident, qui "n'étaient manifestement pas en capacité d'être présentes aux endroits où était Arthur Noyer au moment où il a disparu".

En garde à vue, Nordahl Lelandais a reconnu s'être trouvé à Chambéry au même moment que le militaire. Mais il "conteste l'ensemble des faits qui lui sont reprochés"

Des recherches internet macabres et un crâne retrouvé

Les restes d'un crâne ont été retrouvés le 7 septembre sur un chemin de randonnée par un promeneur, à proximité de la commune de Montmélian. "Dans un premier temps", ce crâne "pouvait paraître comme ancien", a précisé le procureur, mais le parquet de Chambéry a demandé une analyse ADN. Les résultats sont tombés, suivis par la garde à vue de Nordahl Lelandais lundi 18 décembre. Et ils sont formels : il s'agit bien de l'ADN d'Arthur Noyer. 

L'infime espoir d'une fugue s'est envolé. L'analyse ADN signe un tournant dans l'enquête et confirme pour la première fois que le jeune homme de 23 ans a été assassiné. Or, le 25 avril, treize jours après la disparition du chasseur alpin, Nordahl Lelandais a effectué des recherches internet avec les mots-clés "décomposition d'un corps humain"

Si seuls les restes du crâne d'Arthur Noyer ont été retrouvés pour l'instant, de nouvelles recherches vont être entreprises autour du lieu de la découverte, dès que les conditions météorologiques le permettront.