Trafic de drogue à Marseille : Rudy Manna, porte-parole du syndicat Alliance Police, évoque "une mexicanisation" des règlements de comptes

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 5 min
Rudy Manna, porte-parole du syndicat Alliance Police, réagit sur le plateau du 19/20, dimanche 12 novembre, après une nouvelle fusillade à Marseille qui a fait deux morts et deux blessés.
Trafic de drogue à Marseille : Rudy Manna, porte-parole du syndicat Alliance Police, évoque "une mexicanisation" des règlements de comptes Rudy Manna, porte-parole du syndicat Alliance Police, réagit sur le plateau du 19/20, dimanche 12 novembre, après une nouvelle fusillade à Marseille qui a fait deux morts et deux blessés. (franceinfo)
Article rédigé par franceinfo - J. Benedetto
France Télévisions
franceinfo
Rudy Manna, porte-parole du syndicat Alliance Police, réagit sur le plateau du 19/20, dimanche 12 novembre, après une nouvelle fusillade à Marseille qui a fait deux morts et deux blessés.

La litanie des "narcomicides" à Marseille (Bouches-du-Rhône), ces règlements de comptes sur fond de trafic de drogue, semble désormais impossible à stopper.

"Marseille est très durement touchée par ces narcomicides, je reprends les termes du procureur. Je crois que cette année on n'est pas loin des 50, la liste est extrêmement longue. Et on a l’impression qu’on n’y arrivera jamais. Malgré le travail acharné de la police (…), on est toujours présent, on fait des interpellations qu’on n’avait jamais fait, on n’a jamais saisi autant d’armes, on n'a jamais saisi autant de stups, on n’a jamais interpelé autant de trafiquants. Et pourtant on se rend compte que ces règlements de compte se répètent inlassablement", déplore Rudy Manna, porte-parole du syndicat Alliance Police. 

Ce dernier évoque une "mexicanisaion" des règlements de compte. 

"Rien ne leur fait peur"

Les fusillades ont lieu de plus en plus souvent dans des zones très fréquentées, comme le parking d’un McDonald’s, dans la soirée du samedi 11 novembre. "On l’explique tout simplement par le fait que ces mecs-là ont l’impression de ne plus rien risquer, que rien ne leur fait peur. Ces mecs-là n’ont plus peur de la République, n’ont plus peur de l’État, n’ont plus peur de la justice, et n’ont plus l’air de la police", commente Rudy Manna.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.