Cet article date de plus d'un an.

Résultats des législatives 2022 : Rousseau, Roussel, Ferrand, Quatennens, Maracineanu... Quels sont les scores des personnalités politiques au second tour ?

Le scrutin a notamment été marqué par l'échec relatif de la coalition présidentielle et une forte poussée du Rassemblement national. Des ténors de la macronie ont été battus, mais d'autres sont parvenus à sauver leur siège.

Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 11 min
Dans un bureau de vote du 17e arrondissement de Paris, le 19 juin 2022, lors du second tour des élections législatives. (ARNAUD PAILLARD / HANS LUCAS VIA AFP)

Anciens ministres, députés sortants, ex-candidats à la présidentielle… Plusieurs personnalités politiques de premier plan jouaient gros, dimanche 19 juin, à l'occasion du second tour des élections législatives. Certains étaient candidats à la députation pour la première fois, d'autres visaient une réélection. Qui a été éliminé ? Qui est qualifié ? Franceinfo fait le point.

>> Législatives 2022 : suivez les réactions au lendemain du second tour, marqué par un revers pour le camp présidentiel

Dans la majorité présidentielle

• Christophe Castaner s'incline dans les Alpes-de-Haute-Provence

Avant le premier tour, Christophe Castaner, chef de file des députés LREM, faisait figure de favori dans la 2e circonscription des Alpes-de-Haute-Provence. Mais c'est bien son rival, Léo Walter (Nupes), directeur d'école syndiqué au SNUipp, qui siégera à l'Assemblée nationale, après avoir recueilli 51,49% des voix contre 48,51% pour l'ancien ministre de l'Intérieur. Au soir du premier tour, dimanche 12 juin, Christophe Castaner ne comptait que 292 petites voix d'avance, une marge qui s'est avérée insuffisante au second tour. C'est la douche froide pour l'ancien ministre, qui souhaitait conserver la tête du groupe parlementaire LREM en cas de réélection.

• Richard Ferrand tombe de son perchoir dans le Finistère

Désillusion également pour une autre figure de la macronie. Le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, a pris "acte" de sa défaite aux législatives dans la 6e circonscription du Finistère. Il a obtenu 49,15% des voix, selon les résultats publiés par le ministère de l'Intérieur, contre 50,85% pour Mélanie Thomin, la candidate de la Nupes (soit environ 800 voix d'écart seulement). Richard Ferrand était arrivé en tête du premier tour, d'une courte tête (33,56% contre 31,16%), mais le rapport de force s'est inversé dimanche. Il a adressé " ses félicitations" à sa rivale et lui a souhaité "des vœux de plein succès".

>> Découvrez tous les résultats du second tour, circonscription par circonscription

• Eric Woerth réélu dans l'Oise sous ses nouvelles couleurs

L'ex-LR Eric Woerth est réélu dans l'Oise et devient député de la majorité présidentielle. L'ancien ministre du Budget de Nicolas Sarkozy a remporté 54,35% des voix dans sa 4e circonscription de l'Oise, qui a la particularité d'être la seule du département à avoir placé Emmanuel Macron en tête aux deux tours de la présidentielle. Eric Woerth affrontait la candidate du Rassemblement national Audrey Havez, qui a obtenu 45,65% des suffrages. Il va exercer un quatrième mandat consécutif à l'Assemblée.

• Barbara Pompili s'impose dans la Somme

La députée sortante et ancienne ministre de la Transition écologique Barbara Pompili a été réélue dans la 2e circonscription de la Somme. Elle obtient 53,13% des suffrages face à la candidate de la Nupes, Zahia Hamdane (46,87%). L'ex-numéro trois du gouvernement de Jean Castex et ministre de la Transition écologique était arrivée en deuxième position au premier tour.

• Roxana Maracineanu battue par Rachel Keke dans le Val-de-Marne

L'ancienne ministre déléguée aux Sports a perdu son duel dans la 7e circonscription du Val-de-Marne. Roxana Maracineanu s'est inclinée (49,7%) face à la femme de chambre Rachel Keke (50,3%), militante CGT et figure de la grève historique contre le groupe Accor, investie par la Nupes. Seules 177 voix ont permis de départager les deux femmes.

• En Seine-et-Marne, Frédéric Valletoux finit par décrocher un siège

Candidat aux législatives en 2007 et 2012, le maire de Fontainebleau avait déjà échoué à deux reprises. Frédéric Valletoux réussit enfin son pari, sous les couleurs d'Horizons, le parti d'Edouard Philippe, en remportant (57,42%) la 2e circonscription de Seine-et-Marne face à sa rivale Marie-Pierre Molina (Nupes). "C'est une victoire en demi-teinte", a-t-il déclaré sur franceinfo, en référence aux scores nationaux de la majorité. Le député, également président de la Fédération hospitalière de France, va céder sa place de maire, qu'il occupait depuis 2005.

• Laetitia Avia battue à Paris

Laetitia Avia, porte-parole de LREM, était en ballottage défavorable à l'issue du premier tour. Elle a été battue sans surprise dans la 8e circonscription de Paris, en ne recueillant que 45,92% des voix face à la candidate écologiste Eva Sas (Nupes). "J'adresse mes félicitations républicaines à Eva Sas. Ce fut un honneur pour moi d'être votre députée pendant cinq belles années", a écrit l'élue sortante.

• Aurore Bergé réélue dans les Yvelines

La candidate Ensemble !, présidente déléguée sortante des députés LREM, a été élue avec 63,27% des voix dans la 10e circonscription des Yvelines, devant le candidat de la Nupes Cédric Briolais (36,73%). La coalition gouvernementale a confirmé sa mainmise dans ce département d'Ile-de-France en l'emportant dans 10 des 12 circonscriptions.

Au sein de la Nupes

• Delphine Batho conserve son siège dans les Deux-Sèvres

La députée sortante Delphine Batho, adoubée par la Nupes, conserve son siège dans la 2e circonscription des Deux-Sèvres. Elle est reconduite avec 57,88% des voix devant la candidate d'Ensemble ! Cécilia Rochefort (42,12%). L'ancienne protégée de Ségolène Royal, passée ensuite chez EELV, est la seule candidate d'opposition à obtenir un siège dans le département, puisque les deux autres circonscriptions des Deux-Sèvres ont été conservées par la majorité (Bastien Marchive dans la 1re et Jean-Marie Fiévet dans la 3e).

• Adrien Quatennens repart pour un second mandat dans le Nord

Le député sortant a décroché sa réélection (65,24%) dans la "reine" des circonscriptions lilloises, la 1re, qui regroupe le cœur de Lille et plusieurs quartiers populaires de la métropole. Dimanche dernier, il avait déjà recueilli 52% des voix au premier tour et aurait pu l'emporter si la participation avait été plus importante. Adrien Quatennens a résisté aux reports de voix pour s'imposer facilement face à Vanessa Duhamel, une commerçante centriste qui était investie par LREM.

• Boris Vallaud est réélu dans les Landes, fief socialiste

Le député socialiste sortant Boris Vallaud a remporté le second tour dans la 3e circonscription des Landes, bastion socialiste depuis 1978. Il s'impose devant le candidat Jean-François Broquères (Ensemble !), avec 59,93% des voix contre 40,07%. Boris Vallaud avait récupéré en 2017 le siège d'Henri Emmanuelli, figure socialiste, mort quelques semaines avant le scrutin des législatives. Il est l'un des six porte-paroles du PS depuis maintenant quatre ans.

• Fabien Roussel ne perd pas le Nord

Fabien Roussel, secrétaire national du PCF, a été reconduit à la tête de la 20e circonscription du Nord, en s'imposant avec 54,5% des voix face au candidat RN Guillaume Florquin (45,5%). Un soulagement pour l'ancien candidat communiste à la présidentielle, chahuté lors de ce scrutin. Son rival l'avait talonné au soir du premier tour, avec 32,62% des voix contre 34,15% pour le député communiste sortant. "Cette élection était pour moi comme une première élection", a-t-il déclaré lors de ses remerciements. "Nous avons rempli une part de la mission puisque le chef de l'Etat "n'aura pas de majorité absolue", s'est-il félicité.

• Jérôme Guedj fait tomber une ministre dans l'Essonne

Le candidat de la Nupes Jérôme Guedj a fait tomber la ministre de la Transition écologique Amélie de Montchalin dans la 6e circonscription de l'Essonne, en recueillant 53,36% des voix. L'ancien député frondeur du PS va ainsi retrouver à 50 ans un poste qu'il a déjà occupé de 2012 à 2014, tandis que la ministre de 37 ans, qui avait été largement distancée au premier tour, devrait quitter le gouvernement après cette défaite.

• Cédric Villani échoue à 19 voix près dans l'Essonne

Cédric Villani, ex LREM qui se présentait sous les couleurs de la Nupes dans la 5e circonscription de l'Essonne, s'est incliné (49,97%) face au candidat de la majorité Paul Midy (Ensemble !). Le mathématicien a rejoint le mouvement Génération écologie de Delphine Batho après son exclusion du groupe LREM à l'Assemblée nationale en 2020.

• Sandrine Rousseau élue à Paris

La finaliste de la primaire écologiste à la présidentielle, Sandrine Rousseau, connue pour ses engagements féministes et investie par l'alliance de gauche Nupes, a été élue dans la 9e circonscription de Paris. Elle affrontait la candidate de la coalition présidentielle Buon Tan. Elle a assuré que les députés de la Nupes feront "le chahut nécessaire" pour couvrir la voix du ministre des Solidarités, Damien Abad, à l'Assemblée nationale, en raison des accusations d'agressions sexuelles qui pèsent sur lui.

• Le boulanger Stéphane Ravacley battu dans le Doubs

Le boulanger de Besançon Stéphane Ravacley, candidat investi par la Nupes sous les couleurs d'EELV, a été battu dans la 2e circonscription du Doubs par le député sortant de la majorité présidentielle, Eric Alauzet. Alors que l'artisan était arrivé en tête du premier tour des législatives, son rival s'est finalement imposé avec 52,26% des suffrages. Stéphane Ravacley s'était notamment fait connaître en entamant une grève de la faim en 2021, quand son apprenti guinéen s'était vu notifiier une obligation de quitter le territoire.

Chez Les Républicains

• Aurélien Pradié a été réélu dans le Lot

Les Républicains ont connu une débâcle lors de la dernière élection présidentielle. Quelques ténors du parti sauvent les meubles lors de ces législatives. Le secrétaire général de LR, Aurélie Pradié, l'emporte avec 64,63% des voix, devant la candidate de la Nupes Elsa Bougeard, 35,37%, dans la 1ère circonscription du Lot. Elu à la surprise générale en 2017 à 31 ans, Aurélien Pradié consolide son ancrage dans son département et sort renforcé des législatives au sein de son parti, comme promoteur d'une droite sociale et d'une rupture avec le sarkozysme.

• Eric Ciotti annonce sa réélection dans les Alpes-Maritimes

"Je suis heureux de vous annoncer ma réélection", a tweeté Eric Ciotti dimanche soir, alors que les résultats définitifs n'étaient pas encore connus. Avec 56,33% des voix, le député LR de la 1ère circonscription des Alpes-Maritimes conserve son siège face au candidat de la majorité Graig Monetti (43,67%). C'était "la bataille la plus difficile que j'ai eu à livrer de ces quatre élections législatives", a déclaré Eric Ciotti lors de ses remerciements. Son challenger, ancien membre du cabinet de la ministre de l'Enseignement supérieur, tentait pour la première fois de décrocher un siège à l'Assemblée nationale.

• Philippe Juvin devient député des Hauts-de-Seine

Philippe Juvin est élu dans la 3e circonscription des Hauts-de-Seine (38%) à l'issue d'une triangulaire, devant la candidate d'Ensemble ! Aurélie Taquillain (37,27%) et celle de la Nupes Sara Tij (24,73%). Ancien candidat à la primaire LR, maire de la Garenne-Colombes et figure de la lutte contre le Covid-19, il a plusieurs fois plaidé pour un accord de gouvernement "un peu à l'allemande" avec la macronie.

• Jean-Christophe Lagarde battu par Raquel Garrido en Seine-Saint-Denis

Pas de cinquième mandat pour le président de l'UDI Jean-Christophe Lagarde. Ce dernier a concédé sa défaite face à Raquel Garrido (Nupes), dans le 5e circonscription de Seine-Saint-Denis. "Une page se tourne définitivement et je souhaite bonne chance à nos concitoyens avec celle qui est désormais chargée de les représenter au Parlement", a réagi ce pilier de la droite locale depuis vingt ans sur Twitter.

A l'extrême droite

• Marine Le Pen s'impose sans peine dans le Pas-de-Calais

La candidate du Rassemblement national à la présidentielle a remporté haut la main les législatives dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais. Marine Le Pen a recueilli 61,03% des suffrages contre 38,97% pour sa rivale de la Nupes, Marine Tondelier. La députée RN sortante améliore encore son score de 2017, où elle avait obtenu 58,6%. Le Rassemblement national est en passe d'obtenir "de loin le groupe le plus nombreux de l'histoire de notre famille politique", s'est-elle félicitée lors d'une allocution.

• Julien Odoul décroche un siège dans l'Yonne

Julien Odoul, porte-parole du Rassemblement national, incarne la réussite de sa formation lors de ces législatives. A 37 ans, il est élu député pour la première fois avec 55,84% des suffrages dans la 3e circonscription de l'Yonne. Dans un "remake" du duel de 2017, il a cette fois devancé la députée sortante Michèle Crouzet, investie par la majorité présidentielle. Julien Odoul s'est rendu à l'hôtel de ville de Sens pour célébrer sa victoire.

• Sébastien Chenu réélu député dans le Nord

Sébastien Chenu, porte-parole du Rassemblement national, a été réélu dans la 19e circonscription du Nord. Le député sortant obtient 57,15% des suffrages face au candidat de la Nupes Patrick Soloch. Il était déjà arrivé en tête du premier tour (44,35%).

• Nicolas Dupont-Aignan pour un sixième mandat dans l'Essonne

Nicolas Dupont-Aignan repart pour un sixième mandat dans la 8e circonscription de l'Essonne, après sa victoire (57,2%) contre la candidate Emilie Chazette-Guillet (Nupes). Le souverainiste sera le seul représentant de son parti, Debout la France, à l'Assemblée nationale. Le RN avait choisi de ne pas présenter de candidat face à lui dans cette circonscription.

• Le policier Romain Baubry s'impose dans les Bouches-du-Rhône

Romain Baubry, candidat RN de 33 ans, a été élu député dans la 15e circonscription des Bouches-du-Rhône, après avoir obtenu 53,85% des suffrages face la candidate de la majorité Marie-Laurence Anzalone (Ensemble !). Il a été gendarme pendant deux ans, gardien de prison pendant cinq ans et ensuite policier. Cet agent en tenue exerce actuellement à Nîmes (Gard), après avoir travaillé au sein de la brigade de nuit à Cavaillon, dans le Vaucluse.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.