Législatives 2022 : surendetté, le Rassemblement national compte sur le scrutin pour éviter la faillite

Endetté à hauteur de 24 millions d'euros, le Rassemblement national de Marine Le Pen n'a pas d'autre choix, pour éviter la faillite, que de réaliser un meilleur score lors de ces élections législatives qu'en 2017.

Article rédigé par
Hadrien Bect - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Marine Le Pen lors d'une visite à Omecourt, le 1 juin 2022. (MANON CRUZ / MAXPPP)

Pour le Rassemblement national, c'est une élection pour rester à flots. Avec 24 millions d'euros de dette, le parti politique de Marine Le Pen compte sur ces élections législatives du 12 et 19 juin pour se donner de l'air, voire pour continuer à vivre. 

>> Législatives : pourquoi ces élections représentent un enjeu financier majeur pour les partis politiques

Or, lors des législatives, chaque vote compte : une voix représente 1,50 euro versé chaque année pendant cinq ans. Au sein de l'état major du Rassemblement national, on a donc sorti la calculette. Avec un score national inférieur à celui de 2017, à savoir 13%, le parti sera en faillite. En revanche, certains se prennent à rêver, car au-delà des 20%, toute la dette pourra être remboursée en cinq ans.

Dans un cas comme dans l'autre, le parti est incité à mener campagne sans nouer des alliances. Au-delà des divergences politiques invoquées officiellement, c'est donc une explication du refus de discuter avec Eric Zemmour et son parti politique. C'est également une explication du refus du RN d'aider Reconquête à s'assurer une rente et donc de faciliter son installation dans le paysage.

>> Le Rassemblement national, en difficulté financière, licencie des salariés

Marine Le Pen tiendra son premier et unique meeting de campagne dimanche à Hénin-Beaumont. Son discours est prévu à 14h30. La finaliste de la présidentielle dit désormais viser 150 députés.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Actualité des Elections Législatives 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.