Les comptes du PS dans le rouge, le RN plombé par sa dette... La Commission des comptes a rendu son rapport sur l'état des finances des principaux partis

Au total, 571 formations ayant disposé pour l'année 2020 d'au moins un mandataire chargé de recueillir des fonds étaient tenues de déposer des comptes certifiés.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Olivier Faure, premier secrétaire du Parti socialiste, le 2 février 2022 à l'Assemblée nationale, à Paris. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

Des finances pas au meilleur de leur forme. Pour l'année 2020, le Parti socialiste a accusé un déficit de plus de 3,7 millions d'euros et le Rassemblement national affiché une situation nette de -15 millions d'euros, relève la Commission des comptes de campagne dans son examen annuel (document PDF) publié mardi 15 février au Journal officiel.

Avec près de 18,5 millions d'euros de recettes mais plus de 22 millions d'euros de charges, le PS affiche le plus fort déficit parmi les douze partis ayant plus de 1,5 million euros de produits. La formation d'Olivier Faure dispose toutefois d'importants actifs (plus de 66 millions d'euros) et n'a qu'une modeste dette (8,2 millions d'euros). Il présente donc une situation nette favorable.

A contrario, le RN a été légèrement excédentaire en 2020 (586 396 euros) mais demeure plombé par une dette de près de 24 millions d'euros, largement supérieure à ses actifs, évalués à moins de 9 millions d'euros. La République en marche affiche le résultat le plus excédentaire parmi les formations (7,7 millions), alors que le PCF, avec plus de 66 millions d'euros d'actifs, présente une situation nette de près de 60 millions d'euros.

De nombreux partis "en sommeil ou sans activité"

Au total, 571 formations ayant disposé pour l'année 2020 d'au moins un mandataire chargé de recueillir des fonds étaient tenues de déposer des comptes certifiés par un ou deux commissaires aux comptes au plus tard le 30 juin 2021 pour l'exercice 2020. Parmi elles, 34 sont éligibles à l'aide publique au titre du résultat des élections législatives de 2017.

Au titre de ce même exercice 2020, 74 formations politiques tenues de déposer des comptes à la Commission ne l'ont pas fait, soit 13%, mais "une grande majorité des cas d'absence de dépôt concernent des partis politiques en sommeil ou sans activité, n'ayant jamais procédé aux formalités de dissolution ou à leur publicité", note la Commission.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers La République en marche - LREM

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.