ENQUETE FRANCEINFO. Pourquoi l'ultradroite a-t-elle embrassé la cause des "gilets jaunes" ?

Plusieurs groupes d'extrême droite se sont affichés aux côtés des "gilets jaunes". Franceinfo a interrogé de nombreux responsables nationalistes, intégristes et identitaires sur les raisons de leur mobilisation.

Des manifestants vêtus d\'un \"gilet jaune\" dressent un drapeau avec une croix celtique, un symbole d\'extrême droite, à Paris, le 1er décembre 2018.
Des manifestants vêtus d'un "gilet jaune" dressent un drapeau avec une croix celtique, un symbole d'extrême droite, à Paris, le 1er décembre 2018. (LUKE DRAY/COVER IMAGES/SIPA)

La "peste brune" porte-t-elle un gilet jaune ? Au lendemain de la seconde mobilisation nationale des "gilets jaunes" le 24 novembre, des membres du gouvernement ont usé de formules lapidaires pour qualifier les auteurs, selon eux, de la plupart des dégradations commises sur les Champs-Elysées. Le ministre des Comptes publics Gérard Darmanin et le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux ont ainsi fait tous les deux référence à l'expression utilisée pour décrire la montée du nazisme dans les années 1930.

Parmi les 5 000 manifestants présents sur la célèbre avenue parisienne, le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, a pointé à plusieurs reprises une "mobilisation de l'ultradroite" et a assuré que les forces de l'ordre avaient dû repousser des "séditieux". Un terme qui renvoie historiquement aux sanglantes émeutes antiparlementaires de février 1934 menées par des ligues d'extrême droite. Aujourd'hui, l'ultradroite française est une nébuleuse de formations aux sensibilités variées – nationalisme révolutionnaire, néofascisme, mouvances identitaires, catholicisme intégriste – qui opère en dehors des structures institutionnelles.

Samedi 1er décembre, plusieurs membres ou proches de groupes d'ultradroite – Action française, Bastion social (créé par d'anciens membres du GUD), Génération identitaire, L'Œuvre française ou encore Civitas – ont été repérés lors de rassemblements dans toute la France. Certains y ont laissé leurs symboles : croix celtiques, fleurs de lys ou drapeau arborant le Sacré-Cœur de Jésus...

Des groupes mobilisés un peu partout

Pourquoi l'ultradroite est-elle présente aux côtés des hétéroclites "gilets jaunes" ? Combien étaient-ils le 17 novembre, le 24 novembre, puis le 1er décembre ? Malgré les déclarations du gouvernement, impossible de chiffrer la présence de ces militants d'extrême droite lors des manifestations. D'après Europe 1, 200 d'entre eux étaient présents sur les Champs-Elysées lors du deuxième rassemblement. Un chiffre sous-estimé selon les décomptes des principaux intéressés.

Le 24 novembre," nous étions entre 200 et 300" dans tout Paris, comptabilise Antoine Berth, porte-parole d'Action française, interrogé par franceinfo, et le 1er décembre, "près de 300 à Paris et 2 000 dans toute la France". Le mouvement nationaliste et royaliste dit avoir participé depuis le début à plusieurs rassemblements dans toute la France et avoir bloqué des routes, bâché des radars, monté des barrages filtrants ou mené des opérations péages gratuits. 

Sur Twitter, la mouvance d'ultradroite, qui revendique 3 000 membres, partage des photos de "gilets jaunes" portant des bannières avec l'inscription "à bas les voleurs" ou "à bas la République".

On apporte du matériel, parfois un mégaphone, des tréteaux pour faire des tables, mais pas de drapeau. On vient sans signe distinctif.Antoine Berth, porte-parole d'Action françaiseà franceinfo

Le parti catholique intégriste Civitas, connu pour son opposition farouche au mariage pour tous, a aussi été repéré dans les rangs des contestataires. "Dès les premiers jours, nous avons eu un nombre important de militants qui ont participé localement à tous les lieux de blocages", abonde son président, Alain Escada, sans chiffrer le nombre exact de participants.

On participe à des blocages de carrefours, de péages... Le but n'est pas que nos militants restent en bloc dans les manifestations mais qu'ils se disséminent dans le cortège pour avoir des slogans identiques.Alain Escada, président de Civitasà franceinfo

Civitas vient notamment avec ses drapeaux portant le Sacré-Cœur. "La curiosité face à ces symboles amène à des conversations avec les gens sur place, c'était l'objectif recherché, souligne Alain Escada. On a eu un accueil très positif."

Génération identitaire, le mouvement qui lutte contre "l'islamisation et l'immigration massive" et appelle la jeunesse à "lever la tête face à la racaille", affirme être aussi présent sur tout le territoire. "Dès le début, on a bien compris qu'il s'agissait d'une réelle colère populaire, pas quelque chose de téléguidé", estime Romain Espino, porte-parole de la formation. Contactée par franceinfo, Anaïs Lignier, cadre du mouvement identitaire, explique aussi :

On a apporté du café et à manger tout au long de la semaine aux manifestants. On se présente comme individus, ils ne savent pas qu'on est de Génération identitaire.Anaïs Lignier, cadre de Génération identitaireà franceinfo

Yvan Benedetti, ancien président de L'Œuvre française dissoute en 2013 après la mort de Clément Mérica été frappé à Paris le 1er décembre par des "gilets jaunes" non identifiés. Celui qui est désormais porte-parole du Parti nationaliste français s'en est aussi violemment pris à une équipe de l'émission "Quotidien" qui le filmait.

D'autres membres de l'ultradroite ont aussi été repérés près des Champs-Elysées le 24 novembre comme Hervé Ryssen, connu pour ses publications antisémites, déjà condamné pour provocation à la haine, diffamation raciale et injures raciales. Vincent Vauclin, président de Dissidence française, s'est filmé en direct d'un blocage en Normandie, tout comme Thomas Joly, secrétaire général du Parti de la France, ou Alexandre Gabriac, fondateur des Jeunesses nationalistes révolutionnaires (dissoutes en 2013), photographié lors d'une manifestation. 

Le 1er décembre, Libération relevait également que le Groupe union défense (GUD), une organisation étudiante d'extrême droite, avait laissé "de nombreux graffitis" à Paris – notamment une inscription "Justice pour Esteban", en référence à Esteban Morillo, le skinhead condamné pour la mort de Clément Méric.

L'ultradroite très investie sur internet

En dehors de leur implication sur le terrain, les militants d'ultradroite sont très mobilisés sur internet. Dieudonné, condamné notamment pour "propos antisémites" et vu à plusieurs reprises vêtu d'un gilet jaune lors de manifestations en train de faire des quenelles, publie ses analyses sur le sujet sur sa chaîne YouTube. Sur son site Egalité et réconciliation, l'essayiste Alain Soral, condamné à de multiples reprises pour incitation à la haine raciale, explique aussi, vêtu d'un gilet jaune, que "la crise pète à la gueule du pouvoir". Selon lui, "ça prouve que le système de manipulation est très, très organisé".

L\'idéologue Alain Soral analyse le mouvement des \"gilets jaunes\" dans une vidéo diffusée le 30 novembre 2018 sur sa chaîne Youtube.
L'idéologue Alain Soral analyse le mouvement des "gilets jaunes" dans une vidéo diffusée le 30 novembre 2018 sur sa chaîne Youtube. (YOUTUBE / ERTV OFFICIEL)

Henry de Lesquen, condamné pour injure raciale en 2016, consacre aussi ses émissions de radio au sujet. "En tant que national libéral en économie, je suis contre l'excès de taxe, surtout pour financer un 'délire climatiste'", explique ce dernier, qui voit dans les protestataires "des Français d'ancêtres français".

Christine Tasin, médiatisée pour avoir co-organisé un apéro antimusulman "saucisson-pinard" en 2010 dans le quartier de la Goutte d'or à Paris et condamnée pour provocation à la haine, multiplie les publications sur les "gilets jaunes" sur son site Résistance républicaine. Elle y dénonce "les racailles gauchistes qui crament" et affirme que le pacte de Marrakech conduira "obligatoirement à un flux permanent d'envahisseurs" en France.

Je suis sur un barrage tous les jours à écouter les gens. Certains ne mangent pas et en sont aux patates (...) mais je ne suis pas là pour faire un meeting, je ne prends pas de micro, je me présente juste comme un 'gilet jaune'.Christine Tasin, contributrice pour le site Résistance républicaineà franceinfo

Boris Le Lay, figure de la "fachosphère" condamné une dizaine de fois pour "injures publiques et raciales", "incitation à la haine" et "menaces de mort", est aussi très mobilisé. Objet d'un mandat d'arrêt international, le blogueur est soupçonné d'être l'administrateur d'un site d'extrême droite aux publications ouvertement racistes, antisémites, homophobes et islamophobes, rapporte Le Monde. On y voit notamment des illustrations de soldats du Troisième Reich avec des gilets jaunes. Toutes ces figures assurent par ailleurs s'opposer à la violence et ne compter aucun casseur dans leurs rangs.

La concrétisation d'un concept de Charles Maurras

Au-delà de leur présence sur le terrain et sur internet, les membres d'ultradroite interrogés disent avoir épousé la cause des "gilets jaunes" de façon "naturelle". Aux premiers abords, ils s'en tiennent aux revendications du mouvement pour expliquer leur engagement. "Le cœur de tout ça, c'est le pouvoir d'achat", explique Antoine Berth, porte-parole de l'Action française.

La hausse des prix des carburants, c'est la goutte d'eau qui a fait déborder le vase, c'était naturel de les rejoindre.Antoine Berth, porte-parole de l'Action françaiseà franceinfo

Pour Thomas Joly, secrétaire général du Parti de la France, c'était également "une évidence d'y participer". "Le matraquage fiscal des Français, on le combat depuis des années, c'est notre cheval de bataille", soutient-il. "Nous dénonçons depuis des années le racket fiscal qui atteint aujourd'hui un seuil intolérable", renchérit Vincent Vauclin, président de Dissidence française.

D'autres mouvements y voient aussi la concrétisation de l'opposition entre le "pays légal et le pays réel", concept développé par l'écrivain nationaliste et antisémite Charles Maurras. L'essayiste distinguait ainsi le gouvernement, qui reposerait sur "quatre Etats confédérés : les juifs, protestants, maçons et métèques", et le "pays vrai, le pays qui travaille et qui ne politique pas", rappelle Le Parisien.

"Nous dénonçons cette fracture depuis nos origines et là c'est l'émergence la plus concrète de l'opposition entre 'pays légal et pays réel', il faut être sur le terrain !", s'enthousiasme Alain Escada. Le président de Civitas voit dans les "gilets jaunes" "quelque chose d'à la fois émouvant et de particulièrement admirable" et répète à l'envi qu'il s'agit d'un "rendez-vous incontournable". On retrouve la même rhétorique du côté d'Yvan Benedetti.

La Manif pour tous, c'était un problème moral. Là, c'est matériel. Les radars, la limitation à 80 km/h, il ne faut plus fumer, rouler, manger de la viande... Ras-le-bol de cette idéologie bobo cosmopolite des villes.Yvan Benedetti, porte-parole du Parti nationaliste françaisà franceinfo

"Transformer la colère en structuration politique"

Pour ces figures de l'ultradroite, le lien entre la mobilisation des "gilets jaunes" et leur thème de prédilection – l'immigration – est aussi évident. "Même si ce n'est pas revendiqué", la mobilisation des "gilets jaunes" est aussi "une plainte contre l'immigration", assure Anaïs Lignier, de Génération identitaire. "C'est le fait de faire passer les autres avant les nôtres, les taxes qui aident les primo-arrivants, la France des banlieues... Et nous 'les autres avant les nôtres', c'est ce qu'on dénonce", développe-t-elle.

Thomas Joly en est aussi persuadé : ceux qui se mobilisent sont "les Gaulois, les petits Blancs". "Peut-être que ceux de la diversité vivent mieux que les Français car la diversité est absente ici", suppute-t-il.

Le fait que l'écrasement fiscal soit lié à l'invasion migratoire, je n'ai même pas besoin de faire le lien, les gens le font d'eux-mêmes. Quand je vais sur place, on est très bien reçu. Politiquement, ils sont sur notre ligne.Thomas Joly, secrétaire général du Parti de la Franceà franceinfo

Cette corrélation n'étonne pas Jean-Yves Camus, politologue spécialiste de l'extrême droite. "Sur la 'fachosphère', ces dernières semaines on voyait beaucoup de publications qui expliquaient qu'il fallait montrer aux Français en quoi 'l'immigration était un coût' et pourquoi c'était une des raisons de la fiscalité du gouvernement", explique-t-il à franceinfo.

Ils se considèrent comme une avant-garde militante qui descend dans la rue pour dire aux gens : 'Votre colère est juste mais ne vous trompez pas de cible'.Jean-Yves Camus, politologue spécialiste de l'extrême droiteà franceinfo

"Pour le moment, on ne peut pas dire si c'est sincère ou s'il y a une volonté de récupération, nuance toutefois Stéphane François, historien et politologue, spécialiste lui-aussi de l'extrême droite. Mais à mon avis, les identitaires vont vouloir faire évoluer le mouvement dans le sens italien, comme le Mouvement 5 étoiles."

Pourtant, à l'instar des partis politiques institutionnels, ces groupes d'ultradroite se défendent de toute récupération. "On participe à titre individuel", martèle Romain Espino de Génération identitaire. Malgré tout, le porte-parole du mouvement consent aussi être là pour "apporter des idées", une "expérience" du "militantisme", mais également pour donner "des coups de main sur certaines initiatives", sans que l'on en sache davantage.

D'autres formations ne cachent pas leur souhait d'accueillir dans leurs rangs certains "gilets jaunes". "Notre rôle, c'est de transformer ce message de colère en structuration politique", affirme Thomas Joly, secrétaire général du Parti de la France. Ce dernier affiche sa satisfaction :

On prend énormément de contacts et certaines personnes ont demandé comment nous rejoindre.Thomas Joly, secrétaire général du Parti de la Franceà franceinfo

Chez Civitas, cela ne se traduit pas "pour l'instant" en adhésion mais en "échange de coordonnées". Et l'objectif est clair, notamment sur le sujet de l'immigration : "Aiguiller les conversations pour que d'une part la parole se libère et d'autre part que la prise de conscience s'opère", décrit Alain Escada, son président. "Sur le terrain, les gens de Civitas nouent des contacts et dans les prochaines semaines ou mois, c'est intéressant que l'on puisse faire un travail sur la longue durée."

Diffuser ses idées chez les "gilets jaunes"

En attendant de voir des "gilets jaunes" rejoindre Civitas, le mouvement catholique intégriste fait des propositions peu étayées aux manifestants, comme "un retour au système fiscal au niveau où il se trouvait avant le quinquennat de François Hollande". D'autres formations font également passer des messages directement aux contestataires. "Il y a encore des citoyens français qui ne sont pas au courant des coûts de l'immigration et des clandestins, c'est le message que l'on demande à nos adhérents de faire passer", explique l'ex-général Antoine Martinez, co-président des Volontaires pour la France, mouvement dont l'objectif est de "défendre l'identité française" et "combattre l'islamisation du pays".

Les "gilets jaunes" perçoivent-ils la présence de ces groupes ? Rien n'est moins sûr. "Il n'y a pas de personnes d'ultradroite ou alors je n'en vois pas", assure Mathieu Blavier, éphémère porte-parole officiel des "gilets jaunes". Ce jeune étudiant en droit originaire de Miramas, dans les Bouches-du-Rhône, confesse "ne même pas connaître Génération identitaire". Et d'ajouter : "Et s'il y en a, on ne les voit pas." D'autres sont plus fatalistes. "On ne pourra pas aller contre", soupire Jonathan Jolivot, un "gilet jaune" du Morbihan.

Dans tous les rassemblements de personnes, il y a des extrêmes. Prenez les matchs de foot, c'est pareil.Jonathan Jolivot, un "gilet jaune" du Morbihanà franceinfo

L'ultradroite a en tout cas bien l'intention d'accompagner les "gilets jaunes" jusqu'au bout. Le 1er décembre, alors que les premiers affrontements éclataient place de l'Etoile, Alexandre Gabriac, le fondateur des Jeunesses nationalistes,  écrivait cette courte phrase sur sa page Facebook : "L'histoire, ça se brusque."