Cet article date de plus d'un an.

Lorraine : nouveau souffle pour l'historique cité de "Bataville"

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 5 min
Lorraine : nouveau souffle pour l'historique cité de "Bataville"
Lorraine : nouveau souffle pour l'historique cité de "Bataville" Lorraine : nouveau souffle pour l'historique cité de "Bataville" (France 3)
Article rédigé par France 3 - H.Hug, M. Niewenglowski, D. Fuet, B. De Saint Jore
France Télévisions
France 3
Ancienne cité industrielle des employés de la marque de chaussures "Bata", Bataville connaît un renouveau, grâce à trois entreprises. Aujourd'hui, employés de la marque et nouveaux arrivants s'y côtoient.

Au beau milieu de la campagne Lorraine, un ensemble industriel presque à l'abandon. Sur le portail, le "B" de Bata, marque emblématique de chaussures pendant plus de 70 ans. Le site de Bataville a compté jusqu'à 2 500 employés aux plus belles heures. Mais victime de la concurrence mondiale, il a vu ses effectifs diminuer, et Bata a fermé ses portes en 2001. Trois entreprises sont installées sur le site depuis la fermeture, ainsi qu'un brocanteur. Au total, moins d'une quarantaine de personnes y travaillent.

Ancienne et nouvelle génération

Beaucoup sont d’anciens ouvriers de Bata, comme Maryline Meisse, désormais employée à mi-temps dans l’une des trois entreprises. "J’ai travaillé 30 ans chez Bata et maintenant ça fait un petit moment que je travaille là. Je suis en retraite mais ça me fait un plus, parce que quand je vois ce qu’on me donne après 44 ans de travail…", déplore-t-elle.

Une vie "Bata", entre l'usine et la cité où elle a habité pendant 30 ans. Une sorte de cité idéale voulue par la marque, qui fournissait à ses employés des logements modernes pour l'époque, des écoles, des commerces et même une piscine. Aujourd'hui, dans la cité, anciens et nouveaux essayent de cohabiter. Les écoles construites par Bata ont fermé quelques classes, mais elles continuent d'accueillir tous les enfants du canton. Trois commerces ont ouvert ces dernières années.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.