Infographies Crise de l'énergie : le calendrier des redémarrages des centrales nucléaires est-il tenu ?

D'après les données publiées par EDF, l'objectif d'avoir 42 réacteurs disponibles début décembre n'est pas encore atteint.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La centrale nucléaire de Civaux, dans la Vienne. (JEAN-FRANCOIS FORT / HANS LUCAS / AFP)

Le nucléaire remonte difficilement la pente. Alors que l'hiver s'installe et que les températures baissent durablement, le redémarrage des réacteurs nucléaires accumule encore quelques semaines de retard. Ce vendredi 9 décembre, EDF a annoncé atteindre les 40 réacteurs disponibles, pas encore au niveau de l'objectif des 42 unités disponibles initialement fixé pour le début du mois. Cet objectif ne devrait être atteint que le 16 décembre, si aucun nouveau retard n'est pris.

>> Va-t-on manquer d'électricité cet hiver ? Suivez notre "météo" du réseau électrique

C'est ce que montre le graphique ci-dessous. Tous les jours, EDF publie le planning des indisponibilités de ses réacteurs. Mais depuis cet été, la disponibilité du parc nucléaire a souvent été revue à la baisse. Lors d'un précédent point de situation réalisé à la mi-novembre, ces données montraient que la fin du mois de novembre allait être décisive, avec le redémarrage d'une dizaine de réacteurs en dix jours. Cette "remontada" est plus lente que prévu. La France est entrée dans le mois de décembre avec 34 réacteurs disponibles, bien en deçà de l'objectif de 42.

Les causes de ces arrêts prolongés sont multiples : maintenance, découverte de corrosion, rechargement de combustible… Après une année 2022 noire pour le nucléaire, l'Hexagone devrait commencer 2023 avec 44 réacteurs disponibles sur les 56 installés. Et le maximum devrait être atteint début février avec 48 unités. 

Cela n'empêche pas EDF d'avoir le pied au plancher dans sa course contre la montre : la production d'électricité grâce à l'atome n'a fait que croître ces dernières semaines. Le nucléaire tournait à 53% de ses capacités maximales le 1er décembre, et atteint maintenant 59%. Une accélération d'autant plus bienvenue qu'un pic de consommation à plus de 80 gigawatts est attendu pour le début de la semaine prochaine.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Crise énergétique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.