Cet article date de plus de deux ans.

Interdiction du foie gras à New York : "Tout cela est issu d'un immense malentendu", estime un producteur landais

Le producteur Laurent Lacrouts déplore que l'industrie et la "propagande vegan" diffusent une "mauvaise définition" du foie gras.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Des carcasses de canards à la foire de la volaille de Samatan, dans le Gers, le 6 novembre 2017. (PASCAL PAVANI / AFP)

C’est un symbole français qui est visé, ont affirmé jeudi 31 octobre les professionnels du foie gras. La ville de New York, aux Etats-Unis, a décidé mercredi d’interdire sa commercialisation à partir de 2022. La mesure a été votée par le conseil municipal et doit encore être ratifiée par le maire de la ville. Et elle va toucher des centaines de restaurateurs, et plusieurs producteurs."Tout cela est issu d'un immense malentendu" entre les "propagandes vegan et l'industrie", a réagi jeudi 31 octobre sur franceinfo Laurent Lacrouts, agriculteur, producteur de foie gras à la ferme Lou Casse dans les Landes. Toutefois, il estime qu'en tant que producteur français traditionnel, il ne va pas être touché.

Selon lui, "l’image du foie gras est ternie parce qu’il y a une mauvaise définition. L’industrie en est extrêmement responsable". Il distingue les méthodes de production de l'industrie, avec des canards gavés "au pneumatique avec de la pâtée" et les 7% de production traditionnelle "gavée à la main au maïs entier". Pour Laurent Lacrouts, quand on explique le procédé, "les Américains le comprennent très bien".

Quand vous allez outre-Atlantique, comment êtes-vous accueilli ?

Laurent Lacrouts : Plutôt bien. Tout cela est issu d’un immense malentendu. Il y a énormément de propagande d’un côté comme de l’autre, de la part des vegans, mais aussi du côté de l’industrie du foie gras. Quand on explique simplement quel est le procédé, en quoi consiste le gavage, pourquoi et dans quel contexte, les Américains le comprennent très bien. Ce qui leur importe, c’est le "animal care", faire attention aux animaux. Et dans le vrai gavage traditionnel, ça toujours été comme cela. Je pense qu'il suffit d’être pédagogue et d'expliquer.

Est-ce que vous, en tant que producteur traditionnel français, vous allez être touché ?

Non, pas du tout. On ne vend pas aux Etats-Unis, on n’a pas le droit. La production française de foie gras est divisée en deux. 93% est faite de façon industrielle avec des procédés discutables qui nous exposent à la propagande vegan. Quelque part, on ne peut pas leur donner tort. Et il y a 7% qui sont faits de façon dite traditionnelle. C'est tel qu’il était fait par nos grands-mères : gavé à la main, assis, au maïs entier, et ce n’est pas au pneumatique avec de la pâtée, comme les 93% restants. Nous, à cause des histoires d'hygiène et les normes, on ne peut pas faire à l’export. Notre foie gras ne pourrait pas aller là-bas. Le foie gras d’élite, il ne va pas là-bas. Même sur les très grandes tables, il ne peut pas y arriver.

Est-ce que cette interdiction à New York va ternir l’image du foie gras ?

L’image du foie gras est ternie parce qu’il y a une mauvaise définition. L’industrie en est extrêmement responsable. Il a fallu en fournir tellement que les méthodes de production ont changé. On est très loin de l’image d'Epinal de la grand-mère qui fait son canard avec son propre maïs. Mais on va revenir tranquillement à expliquer ce qu’est un vrai foie gras, c’est-à-dire un produit qu’on ne peut pas manger à tous les repas, un produit qu’on ne met pas dans une soupe. C’est un mets particulier, comme un grand Bourgogne. On ne boit pas du Bourgogne à chaque repas. Le gros problème de l’industrie, c’est qu’ils ont voulu en fourguer à tout le monde en permanence. (...) On ne peut pas dire que dans l’industrie, les animaux sont bien traités. En traditionnel, bien sûr qu’ils le sont. A partir du moment où on refera des produits tranquillement, qu'on prendra le temps, qu'on le fera l'hiver, qu'on fera du vrai gavage avec des gens qui savent très bien le faire, il n’y aura aucun problème. Pour l'instant, on ne sait pas faire de foie gras sans gavage, malheureusement scientifiquement c'est impossible, l'auto-gavage n'est pas possible (une start-up prétendant le contraire vient de se lancer en France, ndlr). Tous les systèmes pour faire sans gavage sont aussi discutables que le gavage lui-même. Le gavage est un métier, c’est une compétence, c’est un massage, et les animaux ne sentent absolument rien. Par contre, dans les 93%, oui, bien sûr qu’ils ont mal à l’impulsion. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Agriculture

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.