Cet article date de plus de quatre ans.

Vidéo Au Royaume-Uni, les chômeurs soumis à un régime drastique

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
Londres : la sévérité britannique envers les chômeurs
FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

France 2 a enquêté sur le système dénoncé par le réalisateur Ken Loach dans son film "Moi, Daniel Blake", auréolé de la Palme d'or au festival de Cannes.

Beaucoup disent y aller la peur au ventre, comme on répondrait à une convocation du commissariat de police. Le "Job Centre" est l'équivalent britannique de Pôle emploi. Pour avoir le droit de percevoir des allocations, les chômeurs du Royaume-Uni sont soumis à un régime drastique de recherche d'emploi.

Il y a 31 règles à respecter. La première : passer 35 heures par semaine sur un site officiel à chercher du travail. Toutes les connexions et les clics sont enregistrés. Un jeune chercheur d'emploi qui n'a pas pu atteindre ce quota hebdomadaire a vu ses allocations coupées. "Je peux comprendre, mais si on me retire l'argent, comment fait-on pour vivre ?", demande-t-il. Il est également obligatoire, sous peine de sanctions, d'accepter n’importe quel emploi fourni par le "Job Centre". De même, un retard de dix minutes à un entretien peut entraîner la suspension des aides.

Un système dénoncé par Ken Loach

Le réalisateur britannique Ken Loach a dénoncé les excès de ce système dans son film Moi, Daniel Blake, récompensé par la Palme d'or au dernier festival de Cannes. Le gouvernement britannique, lui, défend cette sévérité, conçue pour décourager les chômeurs de rester sans emploi.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.