Biens mal acquis : le Congo et le Gabon également visés ?

Le procès du vice-président de Guinée équatoriale pour détournement de fonds publics pourrait bien en entraîner d'autres en France, notamment à l'encontre d'un homme d'État congolais et de la famille de l'ancien président du Gabon.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Le cas du fils du président de Guinée équatoriale, Téodorin Obiang, accusé dans le dossier des biens mal acquis n'est pas isolé. "Ce procès pourrait en entraîner d'autres", explique Clément Le Goff sur le plateau du 20 Heures. "La justice française enquête sur les biens mal acquis en France de deux autres chefs d'État africains. Denis Sassou NGuesso, au Congo, est soupçonné d'avoir détourné une partie de la rente pétrolière de son pays, de l'argent public blanchi en France. 24 propriétés auraient été achetées en France avec cet argent, dont la Villa Suzette, un bien d'une valeur estimée à 3,5 millions d'euros".

39 propriétés et 19 voitures de luxe

"Et puis juste à côté, au Gabon, la famille du défunt Omar Bongo est accusée de détournement de fonds publics", poursuit le journaliste. "Les enquêteurs ont recensé 39 propriétés dans les quartiers chics de Paris et sur la Côte d'Azur, ainsi que 19 voitures de luxe. Pour autant, aucune date de procès n'a encore été fixée", ajoute le journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le ministre de l\'Agriculture et fils du président équato-guinéen, Teodorin Obiang Nguema, le 24 janvier 2012, à Bata (Guinée-Equatoriale).
Le ministre de l'Agriculture et fils du président équato-guinéen, Teodorin Obiang Nguema, le 24 janvier 2012, à Bata (Guinée-Equatoriale). (ABDELHAK SENNA / AFP)