Cet article date de plus d'un an.

Patrick Poivre d'Arvor se désiste de sa plainte pour diffamation contre le journal "Le Parisien"

Si l'ancien présentateur de TF1 se désiste de sa plainte contre le quotidien, c'est "en raison de l'évolution de la jurisprudence", indique son avocat.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
L'ancien présentateur de TF1 Patrick Poivre d'Arvor à Paris, le 13 octobre 2021. (ALAIN JOCARD / AFP)

Patrick Poivre d'Arvor s'est désisté de sa plainte pour diffamation contre le journal Le Parisien, annonce mercredi 19 avril son avocat à franceinfo. Ce désistement de l'ancien présentateur télé de TF1 sera effectif lors de l'audience prévue le 4 juillet au tribunal de Nanterre (Hauts-de-Seine). Le journal Le Parisien avait révélé en février 2021 les accusations de viol portées par Florence Porcel contre Patrick Poivre d'Arvor.

En revanche, a indiqué maître Philippe Naepels à franceinfo, PPDA maintient sa plainte pour "dénonciation calomnieuse" contre 16 femmes qui ont témoigné contre lui. L'affaire est toujours à l'instruction. Si PPDA se désiste de sa plainte contre Le Parisien, c'est "en raison de l'évolution de la jurisprudence", indique son avocat.

Il rappelle que le journaliste Romain Verley, auteur d'une enquête sur l'ancienne vedette de TF1 intitulée PPDA, le prince noir, a gagné son procès face à l'une des plaignantes qui associait le livre à une "maltraitance supplémentaire". Saisie en urgence, la justice a estimé que le livre "contribuait directement" à un sujet d'intérêt général.

Patrick Poivre d'Arvor est visé par une enquête confiée à des juges d'instruction après le dépôt de plainte avec constitution de partie civile de Florence Porcel. L'information judiciaire est encore en cours. PPDA est également visé par une autre enquête préliminaire, à la suite des témoignages de 19 autres femmes. L'ancienne star de 75 ans est "combatif" même si "il y a des hauts et des bas", assure à franceinfo son avocat.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.