Mère voilée prise à partie par un élu RN : "Il existe une intolérance culturelle ancienne à la visibilité du religieux dans l’espace public en France"

Entretien avec Valentine Zuber, historienne spécialiste de la tolérance religieuse, directrice d'études à l'Ecole pratique des hautes études (EPHE), et auteure de "La Laïcité en débat au-delà des idées reçues" (Ed. Le Cavalier bleu, 2017)

Le débat sur le voile ressurgit régulièrement avec virulence dans l\'arène politique et médiatique française.
Le débat sur le voile ressurgit régulièrement avec virulence dans l'arène politique et médiatique française. (FRANCEINFO)

Un bout de tissu qui agite la classe politique, à quelques mois des municipales. Vendredi 11 octobre, un élu du Rassemblement national a pris à partie une mère de famille voilée qui accompagnait des élèves à une séance du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, et lui a demandé de quitter la salle. Depuis, les élus s'écharpent autour du port de ce vêtement religieux, alors que les accompagnants ne sont pas légalement tenus à la neutralité requise pour les enseignants.

Pourquoi le débat sur le voile ressurgit-il régulièrement avec virulence dans l'arène politique et médiatique française ? Selon Valentine Zuber, historienne, spécialiste des religions dans les relations internationales, et auteure de La Laïcité en débat au-delà des idées reçues (Ed. Le Cavalier Bleu, 2017), "la République française a toujours eu besoin d'un adversaire pour se légitimer". Elle nous expose son point de vue. 

Franceinfo : Pourquoi le port du voile semble-t-il être un thème inépuisable de débat pour nos élus politiques ?

Valentine Zuber : On pourrait invoquer plusieurs raisons, à commencer par le fait qu'il existe une intolérance culturelle ancienne à la visibilité du religieux dans l’espace public en France. Contrairement à d’autres pays européens, le religieux catholique, qui a longtemps été dénoncé par les laïcs anticléricaux, s’est progressivement effacé dans les années 1970. En témoigne l'abandon du vêtement religieux, de la soutane et du voile par les curés et des bonnes sœurs, au bénéfice de signes plus discrets comme le col romain ou le pin's en forme de croix épinglé au revers du manteau ou de la veste. La réapparition du vêtement religieux apparaît donc comme incongrue et archaïque.

Il y a ensuite une lecture univoque faisant du voile le symbole du seul asservissement féminin à l’ordre patriarcal masculin. Enfin, un amalgame récent fait du signe religieux musulman, et donc de la piété religieuse publiquement exhibée, l’antichambre obligée de l’islam politique. Avec tous les fantasmes qui y sont attachés, mais aussi avec le souvenir de ses dérives meurtrières réitérées, en arrière-plan. Or, on ne peut pas penser que toutes les femmes voilées sont des porte-parole de l'islam politique. Elles ont leur autonomie, leurs raisons propres de se voiler.

Sur quoi surfent les politiques en brandissant l'image d'une "France laïque" sans doute mythifiée ? Quelles sont les idées politiques sous-jacentes ?

En dépit de ses discours sur l'assimilation et l'égalité absolue entre les citoyens, la République française a toujours eu besoin d'un adversaire, de l'emprise duquel il fallait s'émanciper, afin de se légitimer. Cet adversaire a été la monarchie dite absolutiste sous la Révolution, puis le cléricalisme du parti légitimiste catholique sous la IIIe République. 

Aujourd'hui, l'adversaire, c'est une religion jugée incompatible avec les valeurs occidentales, comme l'islam. Le pouvoir de nuisance de ces différents ennemis et de leurs partisans a toujours été à la fois fantasmé et exagéré afin de justifier un discours de réaffirmation politique et de mobilisation républicaine. 

Y a-t-il, selon vous, un basculement en cours sur cette question ? Le débat est-il toujours vivace ou connaît-il ses derniers soubresauts ?

Même si l'acceptation du voile simple dans l'espace public est en train de se banaliser, les incidents autour du hijab de course de Decathlon cet hiver ou la polémique autour du burkini pendant l'été 2016 ont montré que le sujet était toujours sensible. Cependant, les réactions à ce qui s'est passé au conseil régional de Dijon prouvent que la mobilisation pour dénoncer la stigmatisation de nos concitoyens de confession musulmane a enfin dépassé les seules sphères communautaires.

L’opinion publique est certes divisée, mais on a l'impression qu’une étape a été franchie. Beaucoup s'aperçoivent que l'obsession qui consiste à vouloir interdire le voile islamique, sous prétexte d’intégration des citoyens de confession musulmane, cache, en réalité, un sentiment de peur qui mène à la stigmatisation raciste et à la relégation sociale effective des personnes en question.

Néanmoins, selon un sondage Ifop publié le 14 octobre, les deux tiers des sondés sont favorables à l’interdiction de signes religieux ostensibles pour les parents accompagnant les sorties scolaires. Qu'en pensez-vous ?

Il faut voir la manière dont les questions sont posées car elle peut influencer les réponses. Je ne pense pas que la polémique soit terminée, mais il me semble qu'il y a un ras-le-bol, comme en témoigne la tribune ["Jusqu'où laisserons-nous passer la haine des musulmans ?"] signée dans Le Monde par un collectif de 90 personnalités. Parmi les signataires, des acteurs très populaires comme Omar Sy, qui revendiquent d’être des citoyens comme les autres et demandent qu’on en finisse avec cette stigmatisation perpétuelle des femmes ayant choisi de porter le voile, comme elles ont légalement le droit de le faire.