Info franceinfo "A la direction, ils se sont faits tout petits" : une inspection lancée à l'Ehpad Orpea de Neuilly-sur-Seine, après des soupçons de maltraitance

Cette inspection est menée depuis jeudi par l'Agence régionale de santé, après les révélations du livre "Les Fossoyeurs", qui dénonce de graves dysfonctionnements dans les établissements du groupe Orpea. Franceinfo était sur place.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
L'Ehpad "Les Bords de Seine", du groupe Orpea, à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), le 26 janvier 2022. (ALAIN JOCARD / AFP)

Après les révélations, les inspections. Une inspection a été lancée à l'Ehpad Orpea Les Bords de Seine à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine) depuis jeudi 27 janvier et se poursuit ce vendredi, a appris franceinfo de sources concordantes. L'inspection est menée par l’Agence régionale de santé (ARS) d'Ile-de-France, au lendemain de la publication du livre-enquête Les Fossoyeurs. Le journaliste Victor Castanet y dépeint de graves dysfonctionnements au sein des Ehpad de ce groupe et notamment de cet établissement. Des témoignages publiés dans le livre racontent, entre autres, un rationnement des couches et une alimentation au compte-goutte.

>> Maltraitance dans les Ehpad : trois questions sur "Les Fossoyeurs", le livre qui fait trembler le géant français Orpea

Les inspecteurs sont repartis tard, jeudi soir, de cette maison de retraite haut de gamme bordée de palmiers. Selon le témoignage d'une salariée de la maison de retraite, par ailleurs déléguée syndicale, les inspecteurs de l'ARS sont nombreux pour mener ce contrôle inopiné. Ils mènent de multiples auditions et certains membres du personnel sont revenus spécialement pour être entendus. "Ils sont montés dans les étages pour chercher des documents. Ils ont même interrogé tout le monde. Ah ! là ! là ! l'ambiance aujourd'hui... A la direction, ils se sont faits tous petits", confie-t-elle.

Plus de personnel mobilisé le jour des visites

Face aux inspecteurs, une aide-soignante a expliqué avoir parfois du mal à trouver des couches aux bonnes tailles en fin de mois. Plusieurs ont surtout insisté sur des réductions d'effectifs, y compris à l'étage des 17 résidents Alzheimer : "Trois aides-soignantes, ça va. Mais deux, ce n'est pas suffisant", dénonce-t-elle.

Une autre employée détaille les conséquences pour les résidents : "Quand on est en sous-effectif, on ne peut pas donner le temps qu'il faut au patient. Je ne peux pas lui donner sa douche toute seule."

"En revanche, il peut arriver des week-ends où ils font en sorte qu'il y ait toujours des personnes supplémentaires pour plaire aux familles"

Une aide-soignante

à franceinfo

Sollicitée, la direction d'Orpea confirme l'inspection dans un communiqué : "Les équipes collaborent pleinement. La priorité est de prendre soin et d’accompagner les résidents et leurs proches en préservant une atmosphère sereine au sein de l’établissement." peut-on lire.

Le groupe avait annoncé mercredi la création d'une mission d'évaluation indépendante, après les révélations du journaliste. Le groupe affirme "prendre très au sérieux" les faits rapportés dans le livre de Victor Castanet. Pour autant, Orpea a rejeté des accusations "mensongères", "outrageantes" et "préjudiciables".

Le directeur général d'Orpea est convoqué mardi 1er février par la ministre déléguée en charge de l'Autonomie, Brigitte Bourguignon. Cette convocation aura lieu à 9h15 au ministère des Solidarités et de la Santé à Paris, sur demande du ministre de la Santé, Olivier Véran.

Maltraitances dans des Ehpad : une inspection en cours dans un établissement Orpéa de Neuilly-sur-Seine. Le reportage de Jérôme Jadot
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Prise en charge des personnes âgées

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.