Cet article date de plus de deux ans.

Maltraitance dans les Ehpad : le gouvernement va demander "des réponses" au groupe Orpea, mis en cause dans un livre

Dans "Les Fossoyeurs", le journaliste Victor Castanet accuse le numéro un français du secteur de rationner les soins et les repas pour gagner en rentabilité. Olivier Véran envisage une enquête de l'inspection générale.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le ministre de la Santé Olivier Véran lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, le 25 janvier 2022. (THOMAS COEX / AFP)

A la veille de sa parution, une enquête journalistique sur le groupe de maisons de retraite Orpea, l'accusant de mauvais traitements envers les résidents, suscite déjà de vives réactions. Lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, mardi 25 janvier, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a annoncé avoir demandé à la ministre déléguée en charge de l'Autonomie, Brigitte Bourguignon, de "saisir" l'entreprise pour qu'elle apporte "des réponses".

"A la lumière de ses conclusions, je verrai s'il y a lieu de diligenter une enquête de l'inspection générale sur l'ensemble du groupe", a poursuivi Olivier Véran. Il avait déjà évoqué cette question mardi matin sur LCI. "J'attends d'avoir des éléments factuels venant des autorités d'évaluations et de contrôles indépendantes", expliquait-il alors.

L'entreprise dénonce des accusations "mensongères" et "outrageantes"

Les Fossoyeurs paraît mercredi, mais des extraits ont été publiés lundi par Le MondeLe journaliste indépendant Victor Castanet y décrit un système où les soins d'hygiène, la prise en charge médicale, voire les repas des résidents sont "rationnés" pour améliorer la rentabilité. Il affirme que ces pratiques découlent d'"une politique de réduction des coûts mise en place à un haut niveau".

L'entreprise a "contesté formellement" lundi soir les accusations, qu'elle juge "mensongères, outrageantes et préjudiciables". Depuis lundi, Orpea a perdu plus de 30% de sa valeur à la Bourse de Paris.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.