Agrément d'Anticor : le nouveau report du délai d'instruction du renouvellement fixé au 2 avril par Jean Castex

L'agrément de l'association anticorruption doit être renouvelé tous les trois ans. Face à l'approche de la date limite et après une polémique, le Premier ministre a finalement décidé de reporter le délai d'instruction du renouvellement.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une réunion lors de l'université d'été de l'association anticorruption Anticor, à Nantes, le 28 septembre 2019. (JÉRÉMIE LUSSEAU / HANS LUCAS)

L'association Anticor annonce à franceinfo, samedi 13 février, que le Premier ministre Jean Castex fixe au 2 avril 2021 le nouveau report du délai d'instruction du renouvellement de son agrément, lui permettant de se porter partie civile dans des dossiers politico-financiers.

L'agrément de l'association anticorruption doit être renouvelé tous les trois ans. "Le délai ultime" était initialement fixé au vendredi 12 février, avait indiqué Élise Van Beneden, la présidente d'Anticor. L'association, fondée en 2002, s'inquiétait de voir cette date limite approcher, sans savoir si son agrément était renouvelé.

>> Lutte contre la corruption : dans les coulisses de l'association Anticor

Sans cet accord, Anticor ne peut pas "défendre légalement le fonctionnement de notre démocratie", expliquait Élise Van Beneden à franceinfo, vendredi 12 février. Il l'autorise à se porter partie civile dans les affaires de corruption. "Cela nous permet de saisir un juge d'instruction et d'empêcher que ces affaires, qui peuvent déranger, soient enterrées", insistait sa présidente. 

Anticor a, par exemple, porté plainte contre le ministre de la Justice pour "prise illégale d'intérêts". Éric Dupond-Moretti fait l'objet d'une instruction judiciaire, ouverte le 13 janvier 2021 par la Cour de justice de la République, et liée à ses anciennes activités d'avocat. L'association a également alerté sur d'autres dossiers : l'affaire Richard Ferrand, le favoritisme dans l'affaire des marchés publics de l'INA ou encore une plainte pour corruption et détournements de fonds publics dans le dossier Alstom-General Electric.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.