Lutte contre la corruption : dans les coulisses de l'association Anticor

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
Lutte contre la corruption : dans les coulisses de l'association Anticor
France 2
Article rédigé par
C. Le Goff, Q. Monaton, H. Pozzo, L. Lavieille - France 2
France Télévisions

L'association Anticor lutte depuis 18 ans contre la corruption. Elle attend aujourd'hui le renouvellement de son agrément du Premier ministre, qui lui donnera l'habilitation de porter plainte pour les trois prochaines années.

Les enquêtes de l'association Anticor, qui lutte contre la corruption, commencent souvent de la même manière. Ce matin-là, à Cannes (Alpes-Maritimes), un homme qui tient à préserver son anonymat a rendez-vous chez l'opticien, mais pas pour changer de lunettes : c'est un lanceur d'alerte, avec des documents en main. Il est venu dénoncer une possible corruption dans la gestion d'un port de plaisance sur la Côte d'Azur. Face à lui, se tient Jean-Valéry Desens, opticien de profession, mais aussi l'un des référents bénévoles d'Anticor dans les Alpes-Maritimes.

Traquer les affaires politico-financières

Deux fois par semaine, il écoute les témoignages pour traquer les affaires politico-financières. "Monsieur est typiquement le lanceur d'alerte lambda qui nous apporte des éléments, pour le coup assez étayés, mais on ne va pas se limiter à ça : on va aller chercher les éléments, vérifier les éléments, et quand il nous apparaît qu'il y a des actes illégaux qui ont été réalisés, on saisira le procureur de la République", explique Jean-Valéry Desens. Depuis 18 ans, Anticor a souvent saisi la justice et s'est constituée partie civile, comme pour l'affaire des sondages de l'Élysée, l'affaire Karachi ou encore l'affaire Benalla. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.