Information judiciaire visant Eric Dupond-Moretti : "Rien que de très normal dans un État de droit", réagit l'association Anticor

La Cour de cassation va ouvrir une enquête visant le ministre de la Justice pour "prises illégales d'intérêt" dans l'affaire dite "des fadettes". Selon Jérôme Karsenti, avocat de l'association anticorruption, Eric Dupond-Moretti utilisé sa fonction de garde des Sceaux pour régler un "problème qui était le sien quand il était avocat".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Eric Dupond-Moretti, ministre de la Justice, le 15 septembre 2020. (MARTIN BUREAU / AFP)

Une information judiciaire va être ouverte à l'encontre du garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti pour "prises illégales d'intérêt" dans l'affaire dite "des fadettes", a annoncé le procureur général près la Cour de Cassation vendredi 8 janvier. "C'est une victoire qui me paraît normale. C'est la suite logique d'une plainte", a réagi sur franceinfo Jérôme Karsenti, avocat d’Anticor, association anticorruption à l'origine de la plainte avec trois syndicats de magistrats. "Jusque-là, rien que de très normal dans un État de droit", a-t-il ajouté.

Cette plainte reproche à M. Dupond-Moretti d'avoir lancé en septembre des poursuites administratives contre trois magistrats du parquet national financier (PNF) qui avaient participé à une enquête visant à identifier la taupe qui aurait informé Nicolas Sarkozy et son avocat Thierry Herzog qu'ils étaient sur écoute.

Le ministre de la Justice a, selon Jérôme Karsenti, "utilisé sa fonction de garde des Sceaux pour régler le problème qui était le sien quand il était avocat. Cela s'appelle de la prise illégale d'intérêt, c'est-à-dire utiliser une fonction d'autorité publique pour servir un intérêt personnel", estime l'avocat.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.