Harcèlement scolaire : "Sans familles, on n'y arrivera pas", indique la déléguée générale de l'association "Marion La main tendue"

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min
Après les annonces de Nicole Belloubet contre le harcèlement, lundi 12 février, Nora Fraisse, déléguée générale de l'association "Marion La main tendue", invitée de franceinfo, demande davantage de moyens. -
Harcèlement scolaire : "Sans famille, on n'y arrivera pas", indique la déléguée générale de l'association "Marion la main tendue" Après les annonces de Nicole Belloubet contre le harcèlement, lundi 12 février, Nora Fraisse, déléguée générale de l'association "Marion La main tendue", invitée de franceinfo, demande davantage de moyens. - (franceinfo)
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
franceinfo
Après les annonces de Nicole Belloubet contre le harcèlement, lundi 12 février, Nora Fraisse, déléguée générale de l'association "Marion La main tendue", invitée de franceinfo, demande davantage de moyens.

Pour Nora Fraisse, déléguée générale de l'association "Marion La main tendue", le discours de Nicole Belloubet sur le harcèlement scolaire, lundi 12 février, "est la confirmation des annonces qui avaient été faites par Gabriel Attal". Invitée de franceinfo, elle confirme le nombre de 19% d'élèves qui feraient face au harcèlement, et se félicite que la ministre ait parlé du harcèlement scolaire qui a lieu à l'école primaire. Mais "il faut plus de prévention, il faut plus d'accompagnants, il faut beaucoup plus", ajoute Nora Fraisse.

Lever l'anonymat des élèves

La ministre a annoncé la mise en place d'un baromètre sur le harcèlement, qui sera réalisé chaque année, avec la possibilité de lever l'anonymat sur les élèves. Selon Nora Fraisse, les familles et les parents d'élèves doivent être pris en compte. "Il y a un volet dédié aux familles, il n'est pas mis en place", regrette la déléguée générale de l'association "Marion La main tendue". Pour elle, il faut relancer les parents-ambassadeurs pour les parents qui veulent s'investir. "Sans familles, on n'y arrivera pas", conclut-elle.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.