Affaire Bygmalion : des personnalités politiques de tous bords réagissent à la condamnation de Nicolas Sarkozy

L'ancien président de la République a écopé d'un an de prison ferme, mais va faire appel du jugement. A droite, de nombreux responsables lui ont apporté leur soutien.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Nicolas Sarkozy en novembre 2016. (IAN LANGSDON / POOL VIA AFP)

De nombreuses marques de soutien à droite, l'indépendance de la justice vantée ailleurs. L'ancien président de la République Nicolas Sarkozy a été condamné à la peine maximale d'un an ferme dans l'affaire Bygmalion, jeudi 30 septembre, pour financement illégal de sa campagne de 2012. Son avocat Thierry Herzog a annoncé que l'ex-chef de l'Etat allait faire appel du jugement, mais de nombreuses personnalités politiques, notamment à droite, ont déjà réagi à cette condamnation.

"Nicolas Sarkozy a été un grand président de la République", a par exemple commenté Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France et candidat à l'investiture de la droite. "J'ai été fière d'appartenir à son gouvernement et de sa confiance. Je sais qu'il se battra jusqu'au bout pour défendre son honneur et je lui adresse aujourd'hui un message d'amitié."

Même soutien du côté de Xavier Bertrand, président de la région Hauts-de-France et lui aussi candidat à la présidentielle. "Dans ces circonstances si difficiles pour lui, je veux redire mon amitié et mon estime au président Nicolas Sarkozy, a-t-il écrit sur Twitter. Il sait pouvoir compter sur mon soutien."

Le président du groupe LR au Sénat, Bruno Retailleau, a de son côté dénoncé "une sévérité aussi inhabituelle qu'exorbitante" tandis que son homologue à l'Assemblée nationale, Damien Abad, a réaffirmé son "soutien" et son "affection" à l'égard de Nicolas Sarkozy. Interrogé par l'AFP, Renaud Muselier, président LR de la région Paca, a estimé pour sa part que "notre pays ne se [grandissait] pas en condamnant comme ça un ancien président". Le président du Sénat Gérard Larcher, lui, a préféré ne faire "aucun commentaire en l'état".

"Une justice qui ne craint pas les puissants"

A gauche, en revanche, plusieurs responsables se sont également abstenus de commenter une décision de justice, tout en saluant le respect des lois. "C'est une décision de la justice. Je la respecte", a notamment déclaré Carole Delga, présidente PS de la région Occitanie. Le député écologiste Matthieu Orphelin a publié un court message sur Twitter : "Le respect des lois. Le respect des règles. Pour tout le monde. Sans exception."

"Je salue une justice indépendante qui ne craint pas les puissants", a réagi Julien Bayou, le secrétaire national d'Europe Ecologie-Les Verts. "Ces voyous ont abîmé la chose publique ; ils sont en train de disparaître, lentement mais sûrement", a-t-il ajouté, s'adressant "à la jeunesse". Yannick Jadot, candidat écologiste à la présidentielle, a adopté une plus grande réserve : "On a vu le président de la République et des responsables politiques critiquer la justice. Si on veut une démocratie apaisée, notre objectif ne doit pas être de critiquer la justice mais de l'aider à rester indépendante."

Clémentine Autain, députée LFI, a en revanche publié une photo de la Villa Montmorency, la résidence de Nicolas Sarkozy et Carla Bruni dans le 16e arrondissement de Paris. "Voici la geôle où [Nicolas] Sarkozy va réaliser sa peine d'un an pour financement illégal de sa campagne, grâce à l'aménagement de sa peine", écrit-elle. Le tribunal correctionnel a en effet accordé un aménagement de peine à Nicolas Sarkozy, avec le port d'un bracelet électronique à domicile.

"Nicolas Sarkozy condamné à un an de prison ferme dans l'affaire Bygmalion : les juges débranchent la dernière perfusion qui aurait pu lui permettre de jouer un rôle indirect dans la campagne de 2022 !", a enfin estimé l'eurodéputé RN Gilbert Collard. Interrogée sur la condamnation de son ancien rival à la présidentielle de 2012, en marge d'un déplacement à Cavignac (Gironde), Marine Le Pen a répondu qu'elle n'avait "pas de réaction sur ce sujet".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Affaires Sarkozy

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.