Cet article date de plus de sept ans.

Oncologie pédiatrique de Garches : le Conseil d’Etat saisi

Des parents d’enfants cancéreux traités au service Oncologie pédiatrique de l’hôpital de Garches, qui doit fermer fin août, ont annoncé qu’ils saisissaient le Conseil d’Etat contre cette fermeture. Fin juillet, le tribunal de grande instance de Paris a rejeté un premier recours.
Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
 (L'entrée de l'hôpital de Garches dans les Hauts-de-Seine © RF-Bruno Rougier)

Ils ne baisseront pas les bras. Alors que le service d'oncologie pédiatrique de Garches doit fermer le 21 août prochain, des parents d’enfants cancéreux ont saisi le Conseil d’Etat ce mardi. "Nous espérons que " la plus haute juridiction administrative française, "sera sensible à l'urgence de la situation ", a déclaré Me Jérôme Rousseau, avocat d'Ametist, une association de proches de malades.

 

Le Conseil d’Etat doit donc statuer sur la fermeture de ce service dont l’autorisation d’exercer n’a pas été renouvelée. Pour Ametist, la fermeture est "très préjudiciable aux jeunes patients " (...) notamment car ce service offre "un choix thérapeutique " au malade.

Déjà deux rejets et une grève de la faim

Le juge des référés du tribunal administratif de Paris avait rejeté le 16 juillet la requête du collectif. Le 24 juillet dernier, le tribunal de grande instance de Paris avait rejeté le recours des parents qui demandent à maintenir le service ouvert. Peu avant, la ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine s’était montrée ferme en réaffirmant que la fermeture était "prévue ".

 

En juin, quatre parents ont fait une grève de la faim. Ils ont été évacués après une semaine. Ils se battent pour continuer à soigner leurs enfants avec les méthodes du docteur Nicole Delepine, qui gère le service. Elle refuse les essais thérapeutiques systématisés. Le traitement qu’elle propose est vieux de 30 ans et est basé sur une seule molécule, le méthotrexate. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Santé

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.