VIDEO. Coronavirus : les fêtes privées organisées dans des établissements recevant du public sont interdites sur l'ensemble du territoire

Le Premier ministre, Jean Castex, l'a annoncé lors d'une conférence de presse jeudi, au lendemain des nouvelles annonces d'Emmanuel Macron. 

C'est l'une des nouvelles règles liées au retour de l'état d'urgence sanitaire en France, afin de mieux lutter contre l'épidémie de Covid-19. Sur l'ensemble du territoire, "toutes les fêtes privées, comme les mariages ou les soirées étudiantes qui se tiennent dans des fêtes, dans des salles polyvalentes ou tout autre établissement recevant du public seront interdites", a annoncé le Premier ministre, Jean Castex, lors de sa conférence de presse jeudi 15 octobre. 

>> Coronavirus : suivez la conférence de presse de Jean Castex et l'évolution de la situation dans notre direct

Concernant les mariages, cette nouvelle mesure ne s'appliquera qu'après le week-end du 17 et 18 octobre, a appris France Télévisions auprès de Matignon. Dans les zones non concernées par le couvre-feu, les fêtes de mariage pourront donc se tenir jusqu'à la fin de la semaine, y compris en soirée. Dans les zones où le couvre-feu s'applique, les fêtes pourront également avoir lieu jusqu'à cette date, à condition qu'elles prennent fin à 21 heures.

En outre, "tous les restaurants de France appliqueront la limite de six clients par table et l'enregistrement du nom des clients"Ces mesures destinées à enrayer la progression de l'épidémie de Covid-19 ne s'appliquaient jusqu'alors que dans les zones en niveau d'alerte maximale.

Le Premier ministre a donné les détails de l'application concrète que l'état d'urgence sanitaire, en particulier sur le couvre-feu de 21 heures à 6 heuresqui a été décidé pour lutter contre la propagation du coronavirus en Ile-de-France et dans huit métropoles.

Le Premier ministre, Jean Castex, lors d\'une conférence de presse, le 15 octobre 2020 à Paris. 
Le Premier ministre, Jean Castex, lors d'une conférence de presse, le 15 octobre 2020 à Paris.  (LUDOVIC MARIN / AFP)