Vidéo Covid-19 : quand un laboratoire français produit un vaccin... pour le Royaume-Uni

Publié Mis à jour
Complément d'enquête. Valneva, un vaccin français... pour les Anglais
Article rédigé par
France Télévisions

Il reste l'un des espoirs de vaccins français contre le Covid-19... mais ce sont les Britanniques qui en bénéficieront les premiers. S'il a été mis au point par un laboratoire de Nantes, sa fabrication, en Ecosse, est financée par le Royaume-Uni. Un extrait de "Vaccins : la France dans la seringue ?", à voir le 4 mars 2021 dans "Complément d'enquête".

Parmi les espoirs de vaccin tricolore qui restent, celui-ci est porté par un laboratoire nantais. Mais ce ne sont pas les Français qui seront les premiers à en bénéficier. L'Etat a investi de longue date dans cette PME, mais quand Valneva a eu besoin de plus d'argent pour finaliser son vaccin, l'offre la plus intéressante est venue... du Royaume-Uni.

Valneva est née en 2013, d'une fusion avec une autre entreprise, qui possédait déjà une usine en Ecosse. C'est là-bas, à Livingston, que le vaccin sera fabriqué. Alors le Royaume-Uni y a financé une nouvelle ligne de production. Les premières doses pourraient être disponibles fin 2021. Pour le Premier ministre "brexitteur" Boris Johnson, c'est un joli coup politique.

Les candidats français sont-ils déjà hors jeu ?

Pourquoi cette aide n'est-elle pas venue de France ? "Complément d'enquête" a posé la question à la ministre déléguée chargée de l'Industrie. Comme à tous les laboratoires, affirme Agnès Pannier-Runacher, "on leur a fait une proposition de financement à hauteur de 80%, de tout leur site et de la R&D (recherche et développement), et ils ont fait un choix différent, considérant qu'il était plus efficace de partir d'un site qui existait".

Par ailleurs, la France a fait des précommandes auprès de Valneva – dont le vaccin arrivera "assez tardivement", souligne-t-elle, par rapport à ceux de Pfizer-BioNtech ou Moderna, disponibles dès le début de l'année 2021. De toute façon, des vaccins, il en faudra beaucoup : pour le moment, 3% seulement de la population mondiale a été vaccinée. Alors les candidats français – au moins quatre autres sont en cours de développement, dont deux à l’Institut Pasteur (différents du projet associant le laboratoire Merck, abandonné) – ne sont pas forcément hors jeu... 

Extrait de "Vaccin Sanofi : la chute d’un champion ?", un reportage à voir dans "Complément d'enquête" le 4 mars 2021.

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS Android), rubrique "Magazines".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.