Vidéo L'échec du vaccin Sanofi, une "question d'incompétence" ?

Publié Mis à jour
Complément d'enquête. Echec du vaccin Sanofi : une "question d'incompétence" ?
Article rédigé par
France Télévisions

Dans la course au vaccin contre le Covid-19, le champion tricolore Sanofi a pris du retard... à cause d’une erreur de dosage dans son futur traitement. "Complément d'enquête" a voulu comprendre les raisons de cet échec.

Son vaccin contre le Covid-19 était le principal espoir du gouvernement français pour rattraper son retard dans la gestion de la pandémie. Mais lors des essais cliniques, ce candidat-vaccin si prometteur s'est avéré moins efficace que prévu, notamment sur les personnes âgées. Le champion tricolore Sanofi a vu son projet retardé... à cause d’une erreur de dosage dans son futur traitement. Comment expliquer un tel échec ? Que s'est-il passé précisément ?

Ce vaccin, dit "à protéine recombinante" (par opposition à un second projet à base d'ARN messager) repose pourtant sur une technologie que Sanofi maîtrise d'habitude très bien. Le principe : utiliser la protéine de spicule (ou protéine Spike, celle qui permet au coronavirus de pénétrer dans nos cellules) pour que notre système immunitaire reconnaisse le virus et le combatte. Encore faut-il que le vaccin en contienne la bonne quantité... Or, de l'aveu du groupe lui-même, les réactifs utilisés par Sanofi pour doser cette protéine n'ont pas fonctionné correctement. Ils n'étaient "pas de qualité suffisante, ou pas assez purs".

"Je ne dirais pas 'une erreur de débutant', mais une vraie erreur technique"

"Complément d'enquête" a interrogé la présidente du Comité scientifique français sur les vaccins Covid-19, la virologue Marie-Paule Kieny. Celle-ci évoque une "vraie erreur technique", pas très loin d'une "erreur de débutant". Selon elle, le vaccin qui a été mis en flacons par Sanofi "contenait en réalité trois fois moins de protéine spicule que ce qu'ils voulaient". "Quand on fait la cuisine, on utilise une balance. Mais seulement, leur balance, elle n'était pas bien étalonnée, si je puis dire. C'est comme si vous pensez que vous pesez des grammes, et en fait, c'est des pounds [des livres anglaises, soit 453,59 grammes par livre], ou quelque chose comme ça", développe-t-elle.

Comment une telle erreur de dosage est-elle possible ? Marie-Paule Kieny l'explique par l'emploi d'un kit commercial Elisa... que les équipes de Sanofi n'auraient pas validé elles-mêmes.

"On est beaucoup d'anciens de Sanofi à être un peu sidérés par ce que l'on a appris"

Dans un mail adressé à la rédaction de "Complément d'enquête", Sanofi affirme avoir trouvé une solution, et prévoit de livrer son vaccin d'ici à la fin de l'année. Selon Moncef Slaoui, le "monsieur Vaccin" de Donald Trump – celui qu'il avait intronisé à la tête de son opération Warp Speed – il reste très attendu, même avec du retard.

Un retard qui laisserait "beaucoup d'anciens de Sanofi un peu sidérés", selon le témoignage de l'un d'eux, joint par téléphone. Pour lui, ce contretemps "a l'allure d'une question d'incompétence". "On devait aller vite, avance de son côté un ancien chercheur, en ne faisant peut-être pas les vérifications qu'il fallait faire..." 

Extrait de "Vaccin Sanofi, la chute d’un champion ?", un reportage à voir dans "Complément d'enquête" le 4 mars 2021.

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS Android), rubrique "Magazines".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.