Vaccination obligatoire des soignants : qu'en pensent les partis politiques ?

Le Premier ministre Jean Castex a sollicité les présidents de groupes parlementaires jeudi, afin de recueillir leurs avis sur la vaccination obligatoire des soignants. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Le Premier ministre, Jean Castex, a recueilli les avis des présidents des groupes parlementaires sur la question de la vaccination obligatoire des soignants (image d'illustration).  (LILIAN CAZABET / HANS LUCAS / AFP)

Les personnels de santé devront-ils se faire vacciner contre le Covid-19 ? Le sujet continue d'être au cœur des débats, avant une décision prochaine du gouvernement. Le Premier ministre Jean Castex doit réunir les élus locaux, jeudi 8 juillet, avant d'acter ou non l'obligation de vaccination pour les soignants, a appris franceinfo de sources gouvernementales. 

Le chef du gouvernement a déjà sollicité par écrit les présidents des groupes parlementaires, afin de recueillir leurs avis sur la question. Quels sont les partis politiques qui ont déjà exprimé leurs soutiens ou leurs réticences à l'égard de la vaccination obligatoire des soignants ? Eléments de réponse. 

Les partis qui soutiennent l'idée

Le Parti socialiste. Selon les informations du service politique de France Télévisions, le PS est dans l'ensemble favorable à l'obligation de vaccination pour les professionnels de santé. Valérie Rabault, présidente du groupe Socialistes et apparentés à l'Assemblée nationale, a consulté les députés de son groupe. Celui-ci "est favorable, sur le principe, à ce que la vaccination soit rendue obligatoire pour le personnel soignants", a déclaré l'élue dans un courrier au Premier ministre. Elle souhaite toutefois que les modalités de cette propositions soient "précisées", et qu'une concertation ait lieu avec les représentants des personnels soignants. De leur côté, les sénateurs socialistes doivent donner leur position officielle mardi, d'après Public Sénat. Un soutien de la proposition gouvernementale semble toutefois s'esquisser. "Il faut que tout le monde prenne sa part pour lutter contre le virus et prendre sa part, aujourd'hui, c'est être vacciné", a ainsi déclaré à Public Sénat le sénateur Patrick Kanner, président du groupe socialiste. 

Les Républicains. A droite, les groupes Les Républicains et Union Centriste au Sénat sont favorables à cette mesure, toujours selon Public Sénat. "Cela a du sens de vacciner les professionnels travaillant dans les hôpitaux et en Ehpad. Nous sommes favorables, chez Les Républicains, à cette vaccination obligatoire pour les soignants, a déclaré le président du groupe LR au Sénat, Bruno Retailleau, cité par Ouest-France. Il faut protéger ceux qui viennent se faire soigner, protéger les résidents, protéger les soignants eux-mêmes car demain, si nous avons une quatrième vague, ils seront à nouveau en première ligne".

L'UDI. Dans un courrier adressé à Jean Castex et consulté par l'AFP, le président de l'Union des démocrates et indépendants (UDI), Jean-Christophe Lagarde, a exprimé son soutien à la vaccination obligatoire des soignants. "Notre pays est probablement à un moment de bascule en termes de résurgence de l'épidémie et d'acceptabilité d'éventuelles mesures de freinage", écrit le député de Seine-Saint-Denis. Jean-Christophe Lagarde souligne cependant que "le clivage" entre personnes vaccinées et réticents peut "générer des tensions non souhaitables".

Le Parti communiste. D'après les informations du service politique de France Télévisions, le Parti communiste est plutôt favorable à la vaccination obligatoire des soignants. 

Les partis qui se montrent critiques 

La France insoumise. "Ce n'est pas la meilleure méthode." Sur franceinfo vendredi, le député de Seine-Saint-Denis Alexis Corbière a écarté l'idée d'une vaccination obligatoire pour les personnels de santé. L'élu, porte-parole de Jean-Luc Mélenchon, s'est dit "agacé" que les soignants soient "la cible d'attaques" qu'il "considère comme injustes". Le leader du parti, Jean-Luc Mélenchon, ainsi que la vice-présidente du groupe LFI à l'Assemblée nationale, Mathilde Panot, ont également répondu à la consultation lancée par Jean Castex. Ils s'interrogent sur le fait d'obliger à la vaccination les soignants "et pas les autres catégories au contact d'un public nombreux comme le sont par exemple les enseignants ou les parlementaires" : "Quelles raisons aurait la France de ne plus suivre les préconisations de l'OMS contre l'obligation de vacciner ? Pourquoi ne nous le dites-vous pas ?"

Le Rassemblement national. "Je suis, moi vous savez, assez contre tout ce qui est obligatoire surtout en matière de vaccination", a réagi le maire RN de Perpignan, Louis Aliot, sur Sud Radio. "Je crois plutôt au principe de responsabilité et les soignants sont les mieux placés pour savoir leurs responsabilités." Le député du Gard Gilbert Collard a avancé le même argument dans un tweet : "Les soignants sont des adultes qui peuvent décider par eux-mêmes."

Debout la France. Le député de l'Essonne Nicolas Dupont-Aignan a rappelé qu'il était "pour la liberté vaccinale", dimanche, sur BFMTV. Le souverainiste a estimé qu'avec ce débat sur l'obligation de vaccination des soignants, ces derniers devenaient "des boucs-émissaires". L'élu a mis en garde contre les éventuels "effets collatéraux dramatiques" d'une telle mesure, notamment "des départs de soignants". 

Les partis qui questionnent ce choix

Europe Ecologie-Les Verts. Le sénateur de l'Isère Guillaume Gontard, président du groupe écologiste au Sénat, a exprimé vendredi ses inquiétudes quant à la mise en place d'une vaccination obligatoire, pour les soignants comme pour l'ensemble de la population. "J'ai peur que cela crée des tensions supplémentaires et des divisions dans le pays, a-t-il déclaré, cité par Public Sénat. Et puis dans la pratique, comment mettez-vous cela en place ?" Interrogée par franceinfo, la députée Eva Sas, porte-parole d'Europe Ecologie-Les Verts, explique que le parti va en discuter mardi au cours de son bureau exécutif. "A-t-on vraiment tout fait pour convaincre les soignants ? Y a-t-il d'autres voix que le caractère obligatoire ?", s'interroge-t-elle. L'élue craint qu'une obligation de vaccination crée finalement "un rejet". Une ligne différente de celle tenue par le maire écologiste de Grenoble : "Je suis plutôt favorable à ce qu'on rajoute la vaccination contre le Covid aux obligations vaccinales qu'ils ont déjà", a estimé Eric Piolle mardi sur France Inter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vaccin contre le Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.