Infographie Covid-19 : comparez l'avancée (très lente) de la campagne de vaccination en France par rapport aux autres pays

Plus de 4 millions de personnes ont été vaccinées aux Etats-Unis et plus d'un million en Israël contre 516 en France, selon des chiffres dévoilés dimanche.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un homme se fait vacciner, samedi 2 janvier, à Paris. (SAMEER AL-DOUMY / AFP)

Du retard à l'allumage. Emmanuel Macron doit présider, lundi 4 janvier, à l'Elysée, une "réunion de suivi" à propos de la vaccination contre le coronavirus. Il faut dire que le lancement de cette campagne est resté très timide dans l'Hexagone, déclenchant une vaste polémique. Au 3 janvier, la France comptait seulement 516 personnes vaccinées contre... plus de 4 millions aux Etats-Unis et plus d'un million en Israël.

>> Suivez les dernières actualités sur le Covid-19 dans notre direct

La comparaison est peu flatteuse au sein même de l'Union européenne, qui se partage pourtant équitablement les doses du vaccin des laboratoires Pfizer-BioNTech depuis une dizaine de jours. Ainsi, l'Allemagne a déjà vacciné plus de 200 000 personnes, l'Italie plus de 100 000 alors que la France n'a même pas atteint son premier millier de personnes vaccinées, selon les données compilées par le site Our World in Data, géré par un collectif de chercheurs de l'université d'Oxford.

Certains pays sortent leur épingle du jeu pour tenter d'atteindre l'immunité collective de leur population au plus vite. C'est notamment le cas d'Israël qui a vacciné plus de 12% de sa population en moins de deux semaines. Le Royaume-Uni, qui a commencé à utiliser un deuxième vaccin lundi, a quant à lui protégé 1,39% de sa population fin décembre, quand la France culmine à 0,0008%.

"Un scandale d'Etat"

Face à cette lenteur française, des voix se sont élevées pour dénoncer des règles trop strictes et un manque de préparation logistique. "Je considère qu'aujourd'hui on est face à un scandale d'Etat", a fustigé lundi le président de la région Grand Est, le républicain Jean Rottner, sur France 2, en pointant "une forme d'impréparation, d'irresponsabilité" du gouvernement.

"500 000 doses ont déjà été reçues. Et 500 000 doses supplémentaires arriveront chaque début de semaine", a assuré de son côté le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, dans Le Parisien. Mais "la stratégie reste : priorité sur les personnes les plus vulnérables et les professionnels de santé, en élargissant quand on peut, si on a le nombre de doses nécessaire", a résumé sur France Inter Elisabeth Bouvet, présidente de la commission technique des vaccinations de la Haute Autorité de santé (HAS).

Le gouvernement s'était fixé comme objectif de parvenir à vacciner un million de personnes à risques d'ici à février. En attendant, le retour des vacances de Noël et la rentrée scolaire lundi, qui s'ajoutent au froid et à la menace des deux nouveaux variants du Covid-19 détectés au Royaume-Uni et en Afrique du Sud et considérés comme plus contagieux, font craindre un fort rebond de l'épidémie.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.