Covid-19 : quatre questions sur l'ouverture de la vaccination aux plus de 75 ans et aux malades à haut risque

La campagne vaccinale était jusqu'à présent réservée à certains publics prioritaires, dont les résidents d'Ehpad ou les soignants de plus de 50 ans.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Des personnes patientent devant un centre de vaccination contre le Covid-19, le 15 janvier 2021 à Paris. (MARTIN BUREAU / AFP)

Campagne de vaccination, acte 2. Réservée jusqu'à présent à certains publics prioritaires comme les résidents d'Ehpad ou les soignants de plus de 50 ans, la vaccination contre le Covid-19 en France s'élargit, lundi 18 janvier, à toutes les personnes âgées de plus de 75 ans ainsi qu'aux personnes présentant des pathologies à haut risque. Une ouverture plus massive, qui intervient sur fond de craintes de pénurie de doses et de critiques sur l'organisation de la stratégie vaccinale, alors que le virus a déjà provoqué la mort de plus de 70 000 personnes sur le territoire national.

>> Suivez les dernières informations sur la vaccination contre le Covid-19 dans notre direct

Qui est concerné ? Où se faire vacciner ? Comment prendre rendez-vous ? Comment la vaccination se déroule-t-elle ? Franceinfo récapitule ce qu'il faut savoir.

Qui peut désormais se faire vacciner ?

L'âge constituant le principal facteur de risque de développer une forme grave du Covid-19, le gouvernement a ouvert depuis lundi la vaccination aux plus de 75 ans ne vivant pas en maison de retraite, soit environ 5 millions de personnes. Pas besoin pour eux de se munir d'une ordonnance pour effectuer une demande de vaccination.

S'ajoutent à ce public près de 800 000 personnes sujettes à des pathologies qui les exposent également à des complications liées au coronavirus. Elles devront pour leur part prendre rendez-vous avec leur médecin traitant pour obtenir une ordonnance. Le site du ministère de la Santé dresse la liste des patients concernés :

• les personnes atteintes de cancers et de maladies hématologiques malignes en cours de traitement par chimiothérapie
• les personnes atteintes de maladies rénales chroniques sévères, dont les patients dialysés
• les personnes transplantées d'organes solides
• les personnes transplantées par allogreffe de cellules souches hématopoïétiques
• les personnes atteintes de polypathologies chroniques et présentant au moins deux insuffisances d'organes
• les personnes atteintes de certaines maladies rares et particulièrement à risque en cas d'infection (la liste spécifique est disponible dans ce document PDF)
• les personnes atteintes de trisomie 21

En comptant les soignants et les personnes âgées qui résident dans des habitats collectifs, déjà concernés par la campagne, 6,4 millions de personnes sont désormais appelées à se faire vacciner.

Où se faire vacciner ?

D'abord réservées à l'égard des "vaccinodromes" déployés notamment en Allemagne, les autorités sanitaires françaises se sont finalement résolues à ouvrir quelque 937 centres de vaccination pour administrer le précieux sérum à un public élargi. Si certains de ces centres sont rattachés à des hôpitaux, d'autres ont été mis en place dans des cliniques, des maisons de santé, des gymnases, des salles polyvalentes ou encore des maisons des associations.

Franceinfo.fr a réalisé une carte pour vous permettre de repérer le centre de vaccination le plus proche de chez vous, ainsi que les renseignements nécessaires pour une prise de rendez-vous en ligne ou par téléphone.

Lors de sa conférence de presse organisée jeudi 14 janvier, le Premier ministre, Jean Castex, a également évoqué la possibilité de bénéficier de transports ou d'être pris en charge par des équipes mobiles. L'organisation de cette vaccination est confiée aux autorités locales.

Comment prendre rendez-vous ?

Plusieurs solutions sont mises en place. La prise de rendez-vous peut se faire en ligne via le site Santé.fr ou sur l'une des trois plateformes privées sélectionnées par le gouvernement : Doctolib, Maiia et Keldoc.

Il est également possible de s'inscrire en appelant le 0800 009 110, un numéro vert ouvert tous les jours de 6 heures à 22 heures afin d'orienter les candidats à la vaccination vers le centre adéquat. Evoquant un risque de saturation du numéro vert, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a toutefois incité les personnes concernées à contacter directement les centres de vaccination les plus proches de chez elles via leurs coordonnées téléphoniques, qui figurent sur le site Santé.fr (ou sur la carte de franceinfo.fr).

Mais comme a pu le constater franceinfo, dans certaines régions, décrocher un rendez-vous n'est pas toujours simple... voire totalement impossible pour le moment.

Comment la vaccination se déroule-t-elle ?

Une fois arrivés au centre de vaccination, les patients réalisent un bref entretien avec un soignant ou remplissent un questionnaire auto-administré afin de s'assurer de l'absence de contre-indications. Objectif : vérifier que le patient n'a pas contracté le Covid-19 au cours des trois derniers mois et n'a pas été vacciné contre la grippe au cours des trois semaines précédentes. Ces questions permettent également de s'assurer que le patient ne souffre pas d'allergie grave, qu'il n'a pas de fièvre ou d'autres symptômes, et qu'il ne suit pas un traitement médical incompatible avec la vaccination.

Cette étape terminée, un médecin, un infirmier, "ou tout autre soignant habilité à le faire" procédera à l'injection, explique Olivier Véran. La vaccination s'effectue par voie intramusculaire, le plus souvent dans l'épaule, "comme la plupart des vaccins", a précisé le ministre. Après l'injection, chaque patient est invité à rester 15 minutes sur place par mesure de précaution, avant de pouvoir regagner son domicile. Il sera ensuite recontacté pour recevoir la deuxième dose du vaccin, trois à six semaines plus tard.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.