Réouverture des restaurants et cafés : "Aucune date n'a été fixée, le plus tôt sera le mieux mais la précipitation serait le pire en la matière", selon Bruno Le Maire

Le ministre de l'Économie et des Finances assure que l'État répondra "présent" pour soutenir financièrement le secteur, de plus en plus inquiet à l'approche de la période estivale.

Une femme passe devant des commerces fermés de la rue de Lappe à Paris.
Une femme passe devant des commerces fermés de la rue de Lappe à Paris. (STEFANO RELLANDINI / AFP)

Bruno Le Maire souhaite que de nombreux commerces puissent rouvrir le 11 mai, date du début du déconfinement, mais ce ne sera pas le cas des restaurants, bars et cafés. La date du 15 juin a été évoquée par certains, mais jeudi 23 avril sur franceinfo, Bruno Le Maire, ministre de l'Économie et des Finances, a affirmé qu'il ne pouvait "pas le confirmer, aucune date n'a été fixée. Le plus tôt sera le mieux mais la précipitation serait le pire en la matière".

>> Toutes les infos sur l'épidémie de Covid-19 dans notre direct

Des discussions ont été "engagées avec les restaurateurs, les bars, les cafés, et je tiens à les remercier pour leur mobilisation ils font des propositions, ils ont plein d'idées", a expliqué Bruno Le Maire. Mais "rien ne serait pire pour cette profession, qui est l'une des plus touchées, qui voit son commerce dans l'incapacité de rouvrir, que de rouvrir dans la précipitation. Ce serait mauvais. Il faut prendre le temps nécessaire", a insisté le ministre.

"Il y aura une perte financière et nous répondrons présents"

"J'ai parfaitement conscience que nous avons devant nous la saison touristique et qu'il y a l'été qui arrive et que tout le monde a envie d'une saison touristique qui se passe le mieux possible, a assuré le ministre. Donc, le plus tôt sera le mieux mais la précipitation serait le pire en la matière. Nous consultons les restaurateurs, les fédérations, pour regarder comment on peut avancer." La réouverture va dépendre des conditions de sécurité sanitaire. "Ils ne pourront pas rouvrir avec le même nombre de clients. On le sait bien", a expliqué Bruno Le Maire.

Au-delà de ces questions se posent celle de la situation financière des restaurants, bars, café, hôtels, "ils auront besoin d'un soutien financier spécifique et nous serons-là pour leur répondre, a soutenu le ministre. Il y aura une perte financière et nous répondrons présents."