Pollution : "On voit arriver une vague de déchets plastiques", s'inquiète l'association Zero Waste France

Les associations environnementales s'alarment du retour massif du plastique à usage unique depuis la crise du coronavirus.

Illustration d\'un gant en plastique jeté dans la rue à Paris, le 16 mai 2020.
Illustration d'un gant en plastique jeté dans la rue à Paris, le 16 mai 2020. (SEBASTIEN MUYLAERT / MAXPPP)

L’association Zero Waste France, qui défend une démarche zéro déchet et zéro gaspillage, s’inquiète des mesures prises au moment du déconfinement et de l’absence de débat sur les questions d’ordre environnemental. "Là, on est très inquiet, on voit potentiellement arriver une vague de déchets plastiques", a expliqué vendredi 22 mai sur franceinfo Laura Châtel, responsable de campagne pour Zero Waste France.

>> Coronavirus : suivez l'évolution de la crise sanitaire dans notre direct

franceinfo : Qu'en est-il de l'utilisation des plastiques ?

Laura Châtel : Les emballages plastiques ont augmenté pendant le confinement parce qu'on achetait plus en supermarché et à emporter. La question est de savoir ce qu'il va se passer avec le déconfinement. Là, on est très inquiets. On voit potentiellement arriver une vague de déchets plastiques avec la multiplication des lingettes, d'emballages, de protections diverses.

Les déchets sont-ils plus nombreux ou les gens ont-ils perdu les bonnes habitudes ?

Les déchets sont plus nombreux pour les emballages, et on commence à consommer de plus en plus à l'extérieur avec le déconfinement. C'est là que cela peut être problématique parce qu'une partie des déchets se retrouvent dans la nature où ils vont avoir un impact environnemental catastrophique, notamment sur la biodiversité. Les masques contiennent aussi du plastique donc c'est important de les jeter dans les poubelles et pas dans l'environnement. Quand on peut, il faut privilégier l'option réutilisable.

Cette pollution est-elle directement liée au coronavirus ?

Oui, il y a une consommation qui est sans doute justifiée quand il s'agit de protéger des professionnels qui sont confrontés à un risque de contamination. Il y a aussi une surconsommation d'objets à usage unique qui, elle, n'est pas forcément justifiée, notamment le suremballage. Cela peut paraître rassurant mais ça n'évite pas d'utiliser les gestes barrières.

Quelles sont les conséquences ?

Les conséquences directes sont des étouffements, des empoisonnements pour les animaux qui confondent les plastiques avec des aliments. À plus long terme, ce sont des accumulations de plastiques dans l'environnement. C'est une bombe à retardement car on ne connaît pas les impacts sanitaires de cette accumulation. Mais on sait qu'on consomme involontairement de plus en plus de plastique par l'eau qu'on boit et à travers ce qu'on mange.