Le vrai du faux, France info

Peut-on se faire rembourser ses vacances et pourra-t-on partir cet été ? Nos réponses à vos questions sur le confinement

Tous les jours la cellule vrai du faux de franceinfo répond à vos questions liées à l'épidémie de coronavirus. 

Un avion sur le tarmac à Lille en mars 2020. 
Un avion sur le tarmac à Lille en mars 2020.  (STÉPHANE BARBEREAU / FRANCE-BLEU NORD)

Pour toute annulation d’un voyage entre le 1er mars et le 15 septembre, les professionnels du tourisme ont deux choix : soit vous proposer un report de votre séjour ou un avoir, qui sera valable pendant 18 mois et que vous ne pouvez pas refuser. Depuis l'ordonnance du 25 mars, le gouvernement autorise exceptionnellement qu’il n’y ait pas de remboursements immédiats durant l'épidémie de coronavirus. L'objectif est d'éviter les faillites d’agences de voyage qui seraient contraintes de rembourser des milliers de clients d’un coup. Rien que pour le mois d’avril, ces annulations concernent 350 000 Français selon les tour-opérateurs. 

>>> Suivez en direct les dernières informations liées à l'épidémie de coronavirus 

En revanche, si vous êtes obligé d’accepter cet avoir, vous n’êtes pas contraint de l’utiliser. Vous pouvez le mettre de coté et vous faire rembourser lorsqu’il ne sera plus valable, c’est à dire dans un an et demi.

Cet avoir ne concerne que les voyages organisés, les séjours tout compris ou alors si vous avez réservé directement auprès d’un hôtel ou pour une location de voiture. En revanche, si vous avez seulement un billet pour un vol, la compagnie est tenue de vous rembourser dans les sept jours. Il s'agit d'une règle de l'Union européenne. Cependant, elle pourrait être assouplie parce que les trésoreries des compagnies sont dans le rouge. Sur franceinfo, Alexandre de Juniac, le président de l’Association internationale du transport aérien (AITA) plaide pour pouvoir proposer des avoirs ou un remboursement en fin d’année. Selon lui, le nombre de billets d’avion vendus dans le monde et qui devraient être remboursés à cause de l'épidémie s’élèvent à 35 milliards de dollars. 

Vers des vacances d'été... en France 

Pourra-t-on partir cet été en vacances ? Il est encore impossible de répondre précisément à cette question. Mardi 7 avril sur franceinfo, Jean-Baptiste Djebbari, le secrétaire d’état aux Transports conseillait aux Français "d’attendre" avant de réserver pour la période estival notamment parce qu’on ne peut pas encore savoir si le trafic aérien aura repris normalement. Sauf que depuis, il a été corrigé par Elisabeth Borne, la ministre des Transports. Selon elle, cette vigilance ne vaut que pour les vols vers l’étranger. Elle recommande d’ailleurs aux Français de redécouvrir leur pays pour les prochaines grandes vacances.

Un avion sur le tarmac à Lille en mars 2020. 
Un avion sur le tarmac à Lille en mars 2020.  (STÉPHANE BARBEREAU / FRANCE-BLEU NORD)