Vidéo "J'ai perdu mon frère, médecin, du Covid" : les esprits s'échauffent à l'Assemblée nationale lors de l'examen du projet de loi sanitaire

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
Philippe Vigier
Article rédigé par
France Télévisions

Le président de la séance, David Habib, a été contraint de faire un nouveau rappel face au brouhaha émis par les députés.

L'ambiance est électrique à l'Assemblée nationale, lors des débats sur le pass sanitaire. "Vous n'avez pas le droit de dire ce que vous avez dit (...) Mme Wonner, j'ai perdu mon frère, médecin, du Covid", s'est emporté le député Philippe Vigier en se tournant vers Martine Wonner, mercredi 21 juillet. Un peu plus tôt la députée non inscrite, déjà au cœur d'une polémique ces derniers jours, avait évoqué le cas d'une certaine "madame S.", atteinte d'un cancer, qui ne pourrait plus accéder à son hôpital avec la mise en plus du pass sanitaire. "C'est faux", hurlent plusieurs députés.

>> Suivez les débats en direct à l'Assemblée nationale

"On ne peut pas désinformer au sein même de cet hémicycle. Vraiment, je vous le dis, madame la députée, ici on ne désinforme pas", avait alors réagi Brigitte Bourguignon, ministre chargée de l'Autonomie. "Sur l'accès à l'hôpital, en cas de soins programmés à l'avance, la personne a le temps de faire un test, et en cas d'urgence, il n'y a pas besoin d'un pass", avait-elle précisé.

Le député LR Philipe Gosselin a demandé après l'accrochage une suspension de séance pour calmer tout le monde. Le président de la séance, David Habib, a également été contraint de faire un nouveau rappel face au brouhaha émis par les députés : "Chers collègues, je vous rappelle que cette séance est télévisée. Nous avons à offrir les uns et les autres un meilleur spectacle de la démocratie."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Pass sanitaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.