"Même si mon fils n'est pas infecté, je suis très inquiète", témoigne la mère d'un marin du porte-avions Charles de Gaulle

50 cas de Covid-19 ont été confirmés à bord du porte-avions Charles de Gaulle et trois marins ont été évacués vers un hôpital de Toulon.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le porte-avions Charles de Gaulle prêt à appareiller, Toulon, le 21 janvier 2020. (CHRISTELLE MARQUÈS / RADIOFRANCE)

"Même si mon fils n'est pas infecté, je suis très inquiète", témoigne la mère d'un marin embarqué sur le porte-avions Charles de Gaulle. Virginie décrit son fils comme "moralement fatigué". Âgé de 24 ans, son fils devait passer quatre mois en mer après la dernière escale à Brest.

>> Suivez les dernières actualités sur l'évolution du coronavirus dans notre direct

Le ministère des Armées a indiqué ce vendredi que 50 cas de Covid-19 étaient confirmés à bord et que trois marins ont déjà été évacués vers un hôpital de Toulon.

franceinfo : Avez-vous eu des nouvelles de votre fils qui est à bord du porte-avions ?

J'ai eu un mail, il me dit qu'il va bien. J'ai des nouvelles à peu près tous les deux jours, quand il peut répondre parce que forcément, ils ont des postes même la nuit. On reçoit aussi des mails du Charles de Gaulle, du commandant de bord, on est quand même suffisamment averti. Je pense que moralement, [mon fils] est fatigué, c'est ce que j'ai un peu ressenti dans ses phrases, parce qu'ils n'ont aucune info, ils ne savent rien. Même s'il me dit qu'il n'est pas infecté, je suis très inquiète. J'ai hâte de le retrouver, sauf qu'en période de confinement, ça va être très dur d'aller le rechercher jusqu'à Toulon ou même d'aller le voir.

Selon vous, les mesures sanitaires sont-elles suffisantes à bord ?

Je dirais que oui. Ils respectent les gestes barrière comme nous. Ils ont le port du masque constamment. Je suis déjà allée sur le Charles de Gaulle et c'est vrai qu'ils ont un hôpital à bord. Franchement, c'est bien fait. C'est vrai qu'au début, je me suis dit qu'il était à l'abri. Mais étant donné qu'ils ont fait leur escale à Brest le week-end juste avant qu'Édouard Philippe nous annonce le confinement, c'était un risque. Rester à bord et ne pas pouvoir sortir alors qu'ils font escale, c'était un peu compliqué pour eux.

Vous qui avez visité le porte-avions, est-ce que vous pouvez nous le décrire ?

C'est une ville sur un bateau. C'est énorme, je me suis perdue dedans. Toutes les cabines ne sont peut-être pas pareilles, mais moi, quand je suis allée le visiter il y a quatre ans, je crois qu'ils étaient entre 8 et 10 par cabine et non pas à un mètre d'intervalle, forcément.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.