Masque, vaccination, présentiel... Ce que l'on sait du protocole sanitaire qui va s'appliquer dans les établissements scolaires à la rentrée

Après l'annonce par Jean-Michel Blanquer de la mise en place du protocole sanitaire de niveau 2 dans les établissements, les élèves et les enseignants sont enfin fixés sur les mesures qui s'appliqueront à la rentrée scolaire.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Une élève dans une classe d'école élementaire, à Vannes (Morbihan), le 12 mai 2021. (GWENVAEL ENGEL / HANS LUCAS / AFP)

Ce sera le niveau 2. A moins de deux semaines de la rentrée scolaire, le ministre de l'Education nationale a annoncé dimanche 22 août dans une interview au Journal du dimanche (article pour les abonnés) que le niveau 2 du protocole sanitaire publié en juillet s'appliquerait dans l'ensemble des établissements scolaires de l'Hexagone et en Corse dès le 2 septembre. 

Le niveau adopté dans chaque établissement pourra toutefois être par la suite abaissé ou relevé en fonction des données locales d'évolution de l'épidémie, selon l'échelle de quatre niveaux prévue par le ministère. EMartinique, en Guadeloupe et en Guyane, "des mesures spécifiques" seront prises dès les prochains jours, précise Jean-Michel Blanquer, pour adapter le protocole, potentiellement "au-delà du niveau 4".

En quoi consiste le niveau 2 du protocole sanitaire ? Quelles seront les règles en vigueur pour la rentrée scolaire ? Franceinfo vous explique en détail la mise en œuvre de ces nouvelles mesures. 

Les cours en présentiel pour tous

Fini le distanciel, l'heure du retour en classe pour tous a sonné. Avec le niveau 2 du protocole sanitaire, les cours peuvent se dérouler en présentiel pour tous les élèves de la maternelle au lycée dans l'ensemble des établissements de l'Hexagone et de la Corse.

Pour lutter contre la propagation du virus, l'aération des locaux sera renforcée, tout comme le lavage des mains. Par ailleurs, une désinfection des surfaces les plus touchées aura lieu plusieurs fois par jour. Le brassage des classes sera obligatoirement limité. Côté cantine, la désinfection des tables du réfectoire devra être faite après chaque service. Jean-Michel Blanquer veut également "généraliser" les capteurs de CO2 dans les établissements, "en partenariat avec les collectivités locales".

Le port du masque exigé du CP à la terminale

Les élèves en ont désormais l'habitude : ils devront composer avec le masque dans les salles de classe. Le port du masque sera obligatoire en intérieur pour tout le personnel et les élèves, et ce, dès l'école élémentaire. En revanche, le port du masque ne sera pas exigé en extérieur, sauf mesures locales prises par les préfets.

En ce qui concerne les activités physiques et sportives, elles pourront se dérouler sans difficulté en intérieur comme en extérieur. Il y a toutefois deux conditions : les sports de contact sont interdits et la distanciation doit être adaptée selon la discipline pratiquée.

Des campagnes de vaccination dans les établissements

Pour encourager la vaccination des 12-17 ans, ainsi que du personnel des établissements scolaires, le ministre de l'Education nationale a confirmé dans Le Journal du dimanche l'instauration de campagnes vaccinales dès le mois de septembre. "Dans tous les collèges et lycées de France, élèves et personnels auront accès au vaccin, à proximité ou au sein même de leur établissement. Les préfets, les académies et les Agences régionales de santé travaillent en ce moment (...) pour déterminer le nombre de centres éphémères à mettre en place", a-t-il précisé, alors que "plus de 55% des 12-17 ans ont déjà reçu au moins une dose" de vaccin.

Des campagnes de tests gratuits seront maintenues dans les écoles, avec "un objectif de 600 000 tests salivaires hebdomadaires", a détaillé le ministre. Mais il se veut catégorique sur un point : le pass sanitaire ne sera exigé "ni pour les élèves, ni pour les parents, ni pour les enseignants. L'école doit rester accessible à tous", a-t-il insisté

Sept jours d'isolement pour les élèves cas contacts non vaccinés

La mesure avait fait débat lors de son annonce fin juillet par le ministre de l'Education nationale, mais pas question de revenir sur cette annonce. Les élèves de collège et de lycée cas contacts qui ne sont pas vaccinés devront passer sept jours à l'isolement et suivront durant cette période les cours en distanciel"Nous appliquerons la même logique que pour les adultes", a commenté Jean-Michel Blanquer pour justifier cette mesure décriée par les syndicats. Pour les élèves vaccinés, les cours se poursuivront en présentiel.

Alors qu'un flou planait autour du cas des collégiens de moins de 12 ans, qui ne peuvent pas être vaccinés, le ministre a clarifié la situation. "Cette procédure vaut pour l'ensemble des collégiens, y compris les élèves de sixième qui n'ont pas l'âge d'être vaccinés." Du côté des écoles, la règle sera la même qu'à la fin de l'année scolaire précédente : une classe sera fermée dès le premier cas de Covid-19 identifié et les apprentissages se feront en distanciel.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.