Déconfinement des Ehpad : "Il n'y avait pas de raison que les personnes très âgées n'en bénéficient pas" estime un représentant des directeurs

À partir du 5 juin, les visites en Ehpad passeront de une à deux personnes autorisées. Les rencontres dans le parc ou le jardin de la résidence seront permis sans présence d'un professionnel.

À partir de vendredi 5 juin, les Ehpad vont bénéficier d\'un assouplissement supplémentaire, notamment des conditions de visites des proches.
À partir de vendredi 5 juin, les Ehpad vont bénéficier d'un assouplissement supplémentaire, notamment des conditions de visites des proches. (JOEL SAGET / AFP)

"Dès lors qu'il y a eu déconfinement pour l'ensemble des Français (…) il n'y avait pas de raison que les personnes très âgées n'en bénéficient pas", juge, lundi 1er juin sur franceinfo Pascal Champvert, président de l’Association des directeurs au service des personnes âgées. À partir de vendredi 5 juin, les Ehpad vont bénéficier d'un assouplissement supplémentaire, notamment des conditions de visites des proches.

>> Suivez les dernières informations sur la pandémie de coronavirus dans notre direct

franceinfo : Cet assouplissement des conditions des visites familiales, c'est quelque chose que vous demandiez, vous êtes satisfait de cette annonce ?

Pascal Champvert : C'est une excellente nouvelle pour toutes les personnes âgées, pour leurs familles, pour tous les salariés et les directeurs. Nous avons toujours dit qu'il fallait qu'il y ait en permanence un équilibre entre sécurité et liberté d'une part, et entre sécurité psychique et sécurité physique, d'autre part. À partir du moment où le Premier ministre a annoncé un déconfinement large (…) il était normal qu'il y ait un déconfinement aussi pour les personnes âgées et leur famille.

Il y a des personnes âgées qui n'ont pas vu leurs arrières petits-enfants parfois depuis le mois de février.Pascal Champvert, président de l'Association des directeurs au service des personnes âgées

Qu'est-ce-qui sera de nouveau permis à partir de vendredi ?

Il sera permis d'aller visiter une personne âgée qui vit en établissement, dans son logement ou sa chambre, à maximum deux personnes. Et il sera permis de la rencontrer plus librement dans le parc ou le jardin de la résidence, sans avoir la présence d'un professionnel. Ce qui va considérablement alléger la charge de travail des professionnels. Et puis, les mineurs vont pouvoir revenir, dès lors qu'ils sont capables de porter un masque. Et ça c'est aussi tout à fait important.

Toutes ces possibilités, ça veut dire qu'il n'y a pas de crainte de nouvelles contaminations d'une entrée du virus ?

Il faut toujours être vigilant d'où la nécessité de maintenir les gestes barrières. Pour autant, dès lors que la situation globale du pays s'améliore, dès lors qu'il y a eu déconfinement pour l'ensemble des Français, en maintenant toujours ces gestes de sécurité, eh bien, il n'y avait pas de raison que les personnes très âgées n'en bénéficient pas. C'est la position que nous avons toujours eu. Il faut que ce qui vaut pour tous les citoyens vaille pour les citoyens même quand ils sont très âgés et vulnérables.

Les personnes âgées qui vivent en établissement ou celles qui sont en aide à domicile sont des citoyens français comme tous les autresPascal Champvert

Est-ce que vos établissements doivent se préparer à un éventuel retour du virus dans les prochains mois ?

Il faut faire tout ce qui est en notre pouvoir pour qu'il n'y ait pas de retour du virus dans la société, comme dans les établissements, comme dans le domicile des personnes âgées. Parce que ce serait extrêmement difficile de demander des reconfinements. Au mois de mars, les Français ne savaient pas ce que c'était. Aujourd'hui, tout le monde le sait, donc ce sera difficile d'y revenir. C'est la raison pour laquelle il faut être extrêmement vigilant et maintenir ces gestes barrières. (…) Et puis, nous avons d'autres risques. Il y a le risque de la canicule. S'il fait très chaud cet été, on sait par exemple que pour les personnes âgées, on ne pourra pas utiliser les climatiseurs. Donc, il faudra à nouveau trouver d'autres méthodes d'accompagnement. Et incontestablement, faire en sorte qu'il y ait beaucoup plus de professionnels dans les établissements et à domicile. Mais la bonne nouvelle, c'est que sont créés des centaines de milliers d'emplois, là, dès le mois de juin juillet dans les établissements, dans les services à domicile pour personnes âgées, on a une mesure fantastique qui va contrecarrer la montée du chômage.