Coronavirus : le confinement assoupli dans les Ehpad à partir de vendredi

Les résidents pourront notamment recevoir la visite de mineurs, à condition que ces derniers portent un masque.

Une femme rend visite à une personne âgée dans une maison de retraite de Bourbourg (Nord), le 27 mai 2020.
Une femme rend visite à une personne âgée dans une maison de retraite de Bourbourg (Nord), le 27 mai 2020. (JULIE SEBADELHA / HANS LUCAS / AFP)

Les Ehpad vont se déconfiner un peu plus. A partir de vendredi, les directeurs d'établissement d'hébergement pour personnes âgées et dépendantes vont pouvoir mettre en place "une reprise des visites des proches", quand "la situation sanitaire le permet". Le ministère de la Santé l'a annoncé lundi 1er juin dans un communiqué, alors que l'épidémie de coronavirus ralentit en France. La reprise des visites de proches pourra se faire à "plus de deux personnes à la fois", lorsqu'elle se déroulera à l'extérieur, et à deux personnes maximum dans une chambre. Sous réserve qu'ils portent un masque, les mineurs pourront participer à ces visites, qui par ailleurs ne se feront plus sous la surveillance d'un membre du personnel de l'établissement.

Un cas de Covid-19 dans "près de 45% des Ehpad"

Les directeurs d'Ehpad pourront également décider de "la reprise de davantage de visites médicales et paramédicales et des activités collectives en tout petits groupes", "ainsi que l'intervention de bénévoles formés et encadrés". De même pour les activités extérieures, lorsque l'établissement est doté d'un jardin ou d'une cour.

"Le lavage des mains, la distanciation physique et le port du masque chirurgical restent ainsi obligatoires pour tous les visiteurs", insiste le ministère. Ce dernier a expliqué qu'il s'agissait de permettre aux personnes âgées d'être entourées de leurs proches à l'occasion des fêtes des mères, dimanche prochain, puis des pères, le 21 juin. Selon le ministère, "près de 45% des Ehpad déclarent encore au moins un cas de Covid-19". Les responsables d'établissements doivent donc "décider des mesures applicables localement, après concertation collégiale avec l'équipe soignante et en particulier les médecins coordonnateurs", note-t-il.