Crise en Guadeloupe : 35 agents du Raid et du GIGN, et non 50, arriveront sur l'île dans la nuit de dimanche à lundi

De violentes émeutes et des pillages ont lieu en Guadeloupe depuis plusieurs jours sur fond de contestation contre les mesures sanitaires pour lutter contre le Covid-19. Gérald Darmanin avait annoncé samedi 20 novembre l'envoie d'une cinquantaine d'agents des forces spéciales supplémentaires.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des gendarmes interviennent sur un barrage en Guadeloupe dans un quartier du Gosier le samedi 20 novembre 2021. (PHILIPPE DE POULPIQUET / MAXPPP)

Alors que la situation se dégrade en Guadeloupe avec des émeutes, des barrages en feu ou encore des pillages25 membres du GIGN et 10 du Raid ont quitté Paris pour la Guadeloupe où de violentes émeutes ont lieu, a appris franceinfo de sources concordantes. Le ministère de l'Intérieur envoie ainsi 35 agents de ces forces spéciales, et non pas une cinquantaine comme l'a indiqué samedi 20 novembre Gérald Darmanin, le ministre de l'Intérieur.

Ces renforts arriveront dans la nuit de dimanche 21 à lundi 22 novembre. Ils épauleront les plus de 2 000 policiers et gendarmes déjà mobilisés sur l'île, notamment pour faire face à certains manifestants qui tirent à balles réelles selon un communiqué de la préfecture de la Guadeloupe. Contrairement aux autres forces sur place, ces unités sont équipées de blindés. Ces véhicules leurs permettent d’aller au contact y compris face à des armes à feu.

Ces unités spécialisées pourront apporter leur expérience en gestion de crise. Elles ont un autre atout, leur capacité à faire du renseignement pour identifier les auteurs ou détecter les barricades piégées par exemple. Les membres du Raid et du GIGN sont également équipés de jumelles à visions nocturne qui leur permettent d'intervenir de nuit.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.