Couvre-feu : "Il faut absolument que l'aide publique soit au niveau, et qu'en contre-partie, ça protège l'emploi des salariés", estime le secrétaire général de FO

Emmanuel Macron a notamment annoncé mercredi "des dispositifs de soutien supplémentaires dans les métropoles où le couvre-feu est installé".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le secrétaire général de Force ouvrière Yves Veyrier, invité sur franceinfo, le 16 janvier 2020. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

"Il faut absolument que l'aide publique soit au niveau et qu'en contre-partie ça protège l'emploi des salariés", a réagi, mercredi 14 octobre sur franceinfo, Yves Veyrier secrétaire général de Force Ouvrière, après les déclarations d'Emmanuel Macron sur la situation sanitaire et économique liée à l'épidémie de Covid-19.

>> Covid-19 : couvre-feu, aides exceptionnelles, autotests... Ce qu'il faut retenir des annonces d'Emmanuel Macron

Le président de la République a annoncé notamment un couvre-feu entre 21h et 6h à partir de samedi dans huit métropoles et l'Ile-de-France, ainsi que "des dispositifs de soutien supplémentaires dans les métropoles où le couvre-feu est installé".

On a assisté ces derniers temps à des dispositifs qui, tout en faisant en sorte qu'il y ait de l'aide publique quelle qu'elle soit, activité partielle ou autre, s'accompagne aussi de suppressions d'emplois.

Yves Veyrier, secrétaire général de FO

à franceinfo

Yves Veyrier précise que selon lui, "dans les grands groupes, par exemple hôteliers, les entreprises voudraient pouvoir bénéficier de l'aide sans s'exonérer de la possibilité, en dehors de l'activité d'hébergement, par exemple, de supprimer des emplois dans les activités connexes", ce qui selon le secrétaire général de Force Ouvrière, n'est "pas acceptable".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.