Coronavirus : un avion militaire en route pour évacuer des malades de Mulhouse vers Bordeaux

Six patients de Mulhouse, l'un des foyers de l'épidémie en France, vont être traités au CHU de Bordeaux.

L\'A330 médicalisé de l\'armée de l\'air française, le 24 mars 2020 à Istres (Bouches-du-Rhône).
L'A330 médicalisé de l'armée de l'air française, le 24 mars 2020 à Istres (Bouches-du-Rhône). (OLIVIER FABRE / MINISTERE DES ARMEES / AFP)

Nouvelle évacuation de malades du Grand-Est. Un avion militaire a décollé, vendredi 27 mars, en direction de Mulhouse (Haut-Rhin), pour transporter six malades du coronavirus au CHU de Bordeaux (Gironde), indique le ministère des Armées. L'appareil est un A330 médicalisé de l'armée de l'air basé à Istres (Bouches-du-Rhône).

>> Suivez les dernières actualités sur l'évolution du coronavirus dans notre direct

C'est la quatrième fois depuis mi-mars que les armées déploient le dispositif d'évacuation médicale aéroportée baptisée Morphée (acronyme de "Module de réanimation pour patient à haute élongation d'évacuation") pour évacuer des patients atteints du COVID-19 dans le Bas-Rhin vers des départements moins touchés par l'épidémie.

Véritable hôpital mobile, avec du matériel médical directement intégré dans la soute d'un avion ravitailleur de l'armée de l'air, ce dispositif a pour vocation première de rapatrier des militaires français grièvement blessés en opérations extérieures. Avec la crise du coronavirus, c'est la première fois qu'il est utilisé sur le territoire national. Ces évacuations s'inscrivent dans le cadre de l'opération militaire Résilience annoncée mercredi par le président Emmanuel Macron afin de soutenir les Français face à l'épidémie de coronavirus.

La sélection de franceinfo sur le coronavirus

• Pratique. Voici la nouvelle version de l'attestation de déplacement dérogatoire à remplir pour sortir pendant le confinement

• Eclairage. Pourquoi Mayotte redoute "un tsunami" avec la crise sanitaire qui s'annonce

• Infographies. Voici les bons gestes à adopter quand on fait ses courses

• Témoignage. "Je n'ai personne sur qui m'appuyer" : le confinement "angoissant" de Lisa, enceinte de cinq mois et vivant seule avec son fils

• Vidéo. Les quatre gestes simples à adopter pour se protéger et éviter la propagation