Coronavirus : le gouvernement autorise la prescription de Plaquenil (mais dans un cadre bien strict)

Ce médicament, qui est au centre des polémiques et des espoirs, ne peut plus être directement dispensé qu'aux malades chroniques pour lesquels il est habituellement destiné.

Une boîte de Plaquenil, médicament dérivé de la chloroquine, dans une pharmacie d\'Excideuil (Dordogne), le 16 janvier 2020.
Une boîte de Plaquenil, médicament dérivé de la chloroquine, dans une pharmacie d'Excideuil (Dordogne), le 16 janvier 2020. (ROMAIN LONGIERAS / HANS LUCAS)

Promue par certains comme un traitement possible du coronavirus, l'hydroxychloroquine est désormais encadrée par un décret paru au Journal officiel jeudi 26 mars. Le texte autorise la délivrance de cette substance active du Plaquenil, produit par Sanofi, pour soigner les patients atteints du Covid-19.

>> Suivez les dernières infos liées à la pandémie de coronavirus en direct

Comme l'avait annoncé le ministre de la Santé Olivier Véran, "l'hydroxychloroquine et l'association lopinavir/ritonavir peuvent être prescrits, dispensés et administrés sous la responsabilité d'un médecin aux patients atteints par le Covid-19", explique le décret. Cela doit se faire "dans les établissements de santé qui les prennent en charge, ainsi que, pour la poursuite de leur traitement si leur état le permet et sur autorisation du prescripteur initial, à domicile".

Alors que ce médicament fait actuellement l'objet d'une demande massive, le décret prévoit aussi la limitation de la délivrance du Plaquenil en officine à ses indications médicales strictes (polyarthrite rhumatoïde, lupus et en prévention des allergies au soleil) et l'interdiction de l'exportation des spécialités contenant de l'hydroxychloroquine, mais aussi des médicaments contenant l'association lopinavir/ritonavir, antiviraux eux aussi expérimentés contre le Covid-19. Il s'agit de "protéger" les patients qui en ont besoin et d'"éviter les risques de rupture" de leur traitement à cause d'ordonnances "sans aucune justification", a expliqué à l'AFP Dominique Martin, le directeur général de l'ANSM.

La sélection de franceinfo sur le coronavirus

• Pratique. Voici la nouvelle version de l'attestation de déplacement dérogatoire à remplir pour sortir pendant le confinement

• Eclairage. Pourquoi Mayotte redoute "un tsunami" avec la crise sanitaire qui s'annonce

• Infographies. Voici les bons gestes à adopter quand on fait ses courses

• Témoignage. "Je n'ai personne sur qui m'appuyer" : le confinement "angoissant" de Lisa, enceinte de cinq mois et vivant seule avec son fils

• Vidéo. Les quatre gestes simples à adopter pour se protéger et éviter la propagation