Cet article date de plus d'un an.

Coronavirus : le chef Thierry Marx réclame un fonds de solidarité pour les restaurants les plus fragiles

Les restaurants déjà fragiles ne sont pas prioritaires pour avoir un prêt garanti par l’État, fait valoir le cuisinier.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le chef étoilé Thierry Marx, le 11 février 2020 à Paris. (DELPHINE GOLDSZTEJN / MAXPPP)

Le chef étoilé Thierry Marx demande, vendredi 24 avril sur franceinfo, au gouvernement un fonds d’aide important pour soutenir les restaurants les plus fragiles face aux conséquences du confinement mis en place pour lutter contre l'épidémie de coronavirus. "Certains de mes confrères ne vont pas être éligibles au prêt garanti par l’État (PGE). D’autres vont avoir ce problème de réouverture parce qu’il va falloir investir sur les masques, sur le zoning, tout ça va nécessiter des frais", explique le cuisinier.

>> Coronavirus : les dernières informations sur la pandémie dans notre direct.

"Quand vous étiez déjà en fragilité, je ne suis pas sûr que le dossier ne soit pas déjà doublement regardé", conjecture le cuisinier. "Un fonds solidaire me paraît absolument nécessaire au-delà du PGE", estime donc Thierry Marx, car les restaurants déjà fragiles ne sont pas prioritaires pour avoir un prêt garanti par l’État.

Le chef étoilé souhaite avoir une date de déconfinement des restaurants pour avoir "un point sur l’horizon" et commencer à s’organiser. 

Rouvrir une entreprise ce n’est pas rallumer la lumière tout simplement, et il y a beaucoup de confrères qui étaient déjà en fragilité.

Thierry Marx

à franceinfo

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.