Coronavirus : avec 509 décès supplémentaires en 24 heures, la barre des 4 000 morts à l'hôpital est franchie en France

Dans son point quotidien, mercredi soir, le directeur général de la Santé a indiqué que plus de 6 000 malades étaient actuellement en réanimation.

Un soignant prépare le brancard pour un patient atteint du Covid-19 dans un TGV médicalisé, en gare de Paris-Austerlitz, le 1er avril 2020.
Un soignant prépare le brancard pour un patient atteint du Covid-19 dans un TGV médicalisé, en gare de Paris-Austerlitz, le 1er avril 2020. (THOMAS SAMSON / AFP)

La barre des 4 000 morts en milieu hospitalier est désormais franchie en France. Selon les chiffres donnés par le directeur général de la Santé, mercredi 1er avril, le pays compte à ce jour 4 032 décès du coronavirus, dont 509 ces dernières 24 heures. Précision importante : ce chiffre ne prend pas encore en compte les bilans notamment dans les maisons de retraite, qui sont en cours de compilation et que les autorités espèrent pouvoir donner à partir de jeudi, a indiqué Jérôme Salomon, dans son point quotidien.

>> Coronavirus : suivez en direct toutes les informations liées à la pandémie

Quant au nombre de patients actuellement en réanimation, il dépasse désormais les 6 000 malades. C'est plus que la capacité initiale de lits de réanimation du pays (5 000). 

Après le Grand Est, c'est l'Ile-de-France qui est touchée de plein fouet avec plus de 9 600 personnes hospitalisées. "Nous sommes au bout de nos capacités d'hospitalisation", avertit Aurélien Rousseau, directeur de l'Agence régionale de santé d'Ile-de-France. Il évoque également un "risque réel" de pénurie de certains produits, morphine ou antibiotiques, avec une "tension globale" sur certaines molécules comme le curare, nécessaire pour immobiliser les patients intubés.

Des patients fraçais transférés en Autriche

Il faut donc alléger la pression en transférant des patients vers des régions pour l'heure moins frappées et 36 malades ont ainsi été évacués dans la matinée par deux TGV vers Rennes, Saint-Brieuc et Brest. Cent malades supplémentaires devaient être transférés des hôpitaux de région parisienne vers le Centre-Val de Loire, la Normandie et les Pays de la Loire par des rotations d'hélicoptères entre la fin de journée mercredi et jeudi.

Un nouveau TGV médicalisé doit par ailleurs évacuer vendredi des patients de la région Grand Est, toujours saturée, et l'Autriche va à son tour accueillir au moins trois patients français transférés de cette zone. Le directeur de l'ARS se dit cependant confiant, estimant que la région devrait connaître une diminution des hospitalisations pendant la deuxième quinzaine d'avril.

La sélection de franceinfo sur le coronavirus

• Infographies. INFOGRAPHIES. Coronavirus : nombre de décès par département, âge des malades, réanimations… Visualisez l'évolution de l'épidémie en France et en Europe

• Eclairage. Traitements contre le Covid-19 : pourquoi les autorités de santé surveillent de près les effets indésirables liés au Plaquénil

• Portrait. Coronavirus : Jérôme Salomon, ce médecin dans l'ombre devenu le visage de la lutte contre le Covid-19

• Témoignages. "C'est une non-assistance à personne en danger" : le dernier espoir de traitement d'une Française devenu inaccessible en raison du confinement

• Vidéo. Les quatre gestes simples à adopter pour se protéger et éviter la propagation