"Il y avait une cohésion énorme" : le personnel de l'hôpital militaire à Mulhouse convié à la cérémonie du 14-Juillet

Ces militaires du service de santé des armées ont fait fonctionner cette structure sous tente destinée à accueillir des patients sous respirateurs pendant la crise sanitaire à Mulhouse, dans le Haut-Rhin.

L\'installation de l\'EMR (Elément Militaire de Réanimation) sur le parking de l\'hôpital de Mulhouse, le 22 mars 2020.
L'installation de l'EMR (Elément Militaire de Réanimation) sur le parking de l'hôpital de Mulhouse, le 22 mars 2020. (PHILIPPE DE POULPIQUET / MAXPPP)

C'était au mois de mars, la France se confine et l'épidémie de coronavirus se répand dans le pays. Particulièrement en Alsace. Pour désengorger l'hôpital de Mulhouse (Haut-Rhin) qui est débordé par l'afflux de malades du coronavirus, un hôpital de campagne militaire voit le jour. Il a fallu une semaine pour installer les trente lits de réanimation. Cela peut paraître long mais c'était pourtant un tour de force. "C’est une structure qui n’existait pas", indique le médecin-chef Pierre. Ce militaire était le directeur médical de la structure qui a été "montée et dessinée pour cette mission très spécifiquement. Il s’agissait d’assembler un lot dédié à la réanimation qui jusque-là n’avait jamais été déployé encore."

>> Coronavirus : trois questions sur la cérémonie militaire qui remplacera le traditionnel défilé du 14-Juillet

Au total, 120 militaires ont fait fonctionner cet élément médical de réanimation (EMR). Parmi ces personnels, Pauline, adjudante et infirmière. Elle défilera mardi place de la Concorde à Paris à l'occasion des célébrations du 14-Juillet. Un honneur, dit-elle, après cette mission si particulière, au chevet des 43 patients soignés sous tente militaire. "Il y avait une cohésion énorme et je le dis vraiment sans langue de bois. Comme souvent, on fonctionne dans l’adversité."

Personnellement je n’avais jamais vécu cela : travailler à la fois avec les forces armées, les hôpitaux et le milieu civil. C’était vraiment particulierPauline, adjudante et infirmière à franceinfo

Le médecin-chef Pierre est le chef du détachement du service de santé, celui qui mène les soignants militaires pour la cérémonie. Quand il repense à son arrivée à Mulhouse, une image lui revient immédiatement. "Une situation de crise et des équipes de l’hôpital Emile Muller qui étaient contentes de nous voir arriver, contentes de voir de l’aide arriver, et cela a été un point extrêmement important pour pouvoir intégrer l’hôpital avec un élément militaire qui était autonome mais intégré dans le fonctionnement global de l’hôpital." 

Au lit du patient, les cultures [de travail] se ressemblent toutesLe médecin chef Pierreà franceinfo

Le service de santé des armées représente 1% de la capacité de soins en France et selon les chiffres du ministère, au plus fort de la crise, le SSA a réalisé 3% des soins.