Covid-19 : reconfinement, couvre-feu, école à la maison, ce que font les autres pays en Europe

Un couvre-feu généralisé à tout le pays sera mis en place en France à partir du samedi 16 janvier à 18 heures, alors que d'autres pays européens ont choisi l'option d'un nouveau confinement.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Dans les rues vides de Londres au Royaume-Uni, le 15 janvier 2021. (TOLGA AKMEN / AFP)

Tout le monde chez soi à 18 heures, à parti de samedi. Le Premier ministre a annoncé de nouvelles mesures de restrictions. Le couvre-feu est étendu à toute la France. Les écoles restent ouvertes néanmoins. Une position qui n'est pas partagée par tous les pays. La France est même un peu isolée en Europe.

Quelques pays ont choisi la même stratégie que la France et ont laissé leurs établissements scolaires ouverts, comme l'Espagne et le Portugal. En Italie, les moins de 14 ans vont toujours à l'école mais avec des horaires aménagés. Soit le matin, soit l'après-midi. Pour les plus de 14 ans, à partir de la classe de 4e, la situation est préoccupante. Un quart des régions seulement a rouvert ses établissements scolaires. Et seul 50% des cours sont en présentiel depuis mars. Certains élèves n'ont eu que trois semaines de cours sur place depuis un an. 

Fermeture des écoles dans plusieurs pays 

Beaucoup d'autres pays européens ont décidé de laisser les enfants à la maison en janvier : Allemagne, Autriche, Grèce, Pologne, République Tchèque, Royaume-Uni, Irlande, Danemark entre autres. Dans ces pays, les dates de réouverture changent évidemment en fonction de la situation sanitaire. Par exemple en Angleterre, les autorités évoquaient un retour après les vacances de février. Mais l'agence de santé vient de retoquer le plan massif de tests à l'école envisagé par le gouvernement. Ce qui met sans doute à mal le calendrier.

En Autriche, les élèves devaient revenir lundi 18 janvier mais la rentrée est reportée. Et quand les écoles seront rouvertes, seuls les élèves et enseignants soumis à un test antigénique au résultat négatif seront acceptés. 

Certains ont opté pour le confinement 

Là encore, l'Italie et l'Espagne ont fait le même choix que la France, avec un couvre-feu. Si en Italie c'est à 22 heures. En journée, les Italiens ne font pas ce qu'ils veulent. Interdiction par exemple de sortir de sa région. Les italiens ne peuvent pas non plus sortir de chez-eux à plus de deux adultes, et une seule fois par jour. En Espagne, il y a un couvre-feu nocturne, et on ne peut pas sortir de sa région, parfois même de sa ville sans justificatif. Beaucoup d'autres pays européens ont, eux, imposé un confinement strict ou partiel : la Grèce, le Portugal, le Danemark, l'Autriche, le Royaume-Uni mais avec des mesures différentes. Ainsi au Royaume-Uni, les masques ne sont pas imposés en extérieur et il n'y a pas besoin d'autorisation écrite. En Irlande, il est interdit de dépasser un rayon de 5 km autour de chez soi. Les rassemblements sont également limités, il est interdit de se rassembler au-delà de "sa bulle sociale" (son foyer, plus un autre foyer). 

En Allemagne, plus de 20 000 cas par jour cette semaine, la chancelière Angela Merkel plaide pour un renforcement des restrictions. Les pistes sont les suivantes: télétravail imposé, fermetures des transports publics, réintroduction des contrôles aux frontières. Angela Merkel avait déjà évoqué un allongement des restrictions jusqu'au mois d'avril. "Les mesures en place actuellement, pour moi ce n'est pas un verrouillage complet, il y a encore trop d'exceptions", a déclaré au cours d'une conférence de presse le président de l'institut national allemand de veille sanitaire Robert Koch, Lothar Wieler. En Espagne, le gouvernement parle de "risque extrême dans le pays". 

Jeudi soir, Jean Castex a lui indiqué que la situation en France était "maitrisée mais fragile", on voit que dans le langage, Paris est pour l'instant moins alarmiste que ses voisins. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.