Covid-19 : plus de 80 000 touristes, coincés sur une île en Chine, n'ont "pas le droit de partir, plus d'avion, aucune information"

Un millier de cas de Covid-19 ont été détectés dimanche 7 août sur l'île de Hainan, au sud de la Chine. Les autorités locales ont annulé tous les vols et les trains. 

Article rédigé par
Stéphane Pambrun - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Vacanciers sur la plage de Sanya, sur l'île chinoise de Hainan, en juillet 2021. (HECTOR RETAMAL / AFP)

Ses plages de sable blanc et son climat tropical lui valent le surnom de "Hawaï chinois". Mais, depuis le dimanche 7 août, le séjour paradisiaque des touristes sur l'île de Hainan, dans le sud de la Chine, se transforme en enfer. Après la détection d'un millier de cas de Covid-19 sur le territoire, les autorités ont décidé d'annuler tous les vols au départ de l'île chinoise.  

Plus de 80 000 touristes sont bloqués et ne peuvent pas rentrer dans leur pays. Parmi eux, plusieurs dizaines de Français, comme cet expatrié venu visiter l'île avec sa famille : "Je suis arrivé il y a deux semaines et, brutalement, tout a fermé. J’habite à Pékin mais nous n'avons pas le droit de partir. Il n’y a plus d’avion, je ne sais pas ce que l’on va faire. Je suis enfermé dans mon hôtel mais je n’ai aucune information."

Touristes bloqués dans les gares et aéroports

La Chine est le seul grand pays qui continue d'appliquer une stratégie zéro Covid : le pays impose des confinements et de longues quarantaines qui pénalisent le tourisme local. Bars, restaurants, transports publics... Sur l'île de Hainan, au sud du pays, tout est fermé. Des centaines de touristes se sont même retrouvés bloqués dans les aéroports et les gares. Ils y dorment parfois à même le sol. Le gouvernement chinois a promis des réductions de 50% dans certains hôtels afin d'accueillir les touristes malheureux. Sans indiquer combien de temps ils devront rester ainsi, prisonniers sur leur lieu de vacances.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Confinement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.