Cet article date de plus d'un an.

Confinement : Elisabeth Moreno promet aux associations LGBT des hébergements d'urgence "à hauteur des besoins"

Pendant le premier confinement, des jeunes LGBT en rupture familiale avaient pu bénéficier de 1 364 nuitées d'hébergement financées par l'État.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Elisabeth Moreno, ministre déléguée à l'Égalité et la diversité, en juillet 2020. (FRED DUGIT / MAXPPP)

Elisabeth Moreno a promis lundi 2 novembre des hébergements d'urgence pour les jeunes LGBT (personnes lesbiennes, gay, bisexuelles, transexuelles), "à hauteur des besoins", a appris franceinfo auprès de l'entourage de la ministre. La ministre déléguée à l'Égalité et la diversité a fait cette annonce lors d'une réunion avec une dizaine d'associations LGBT dont SOS Homophobie, Stop homophobie, l'inter-LGBT, le Refuge et Flag. L'échange concernait les besoins pour le deuxième confinement qui débute.

>>> Plan contre la haine LGBT : 150 mesures pour renforcer les droits des lesbiennes, gays, bi et transgenres.

Pendant le premier confinement, des jeunes LGBT en rupture familiale avaient pu bénéficier de 1 364 nuitées d'hébergement, financées par la délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT (DILCRAH) via l'association Le Refuge. Cette fois-ci, "s'il y a besoin de 2 000 ou 2 500 places il y en aura", souligne l'entourage d'Elisabeth Moreno.

Un soutien pour les lignes d'écoute

La ministre a par ailleurs indiqué que des places d'hébergement d'urgence spécifiques seraient réservées aux victimes de violences conjugales au sein des couples LGBT. Cette partie sera là aussi financée "à hauteur des besoins" par le ministère du Logement dans le cadre du financement des places d'hébergement pour les victimes de violences conjugales. Elisabeth Moreno a également promis aux association un soutien aux lignes d'écoute notamment via une campagne de communication pour les faire connaître aux jeunes et aux victimes de violences ou de LGBTphobies.

Les associations ont également alerté la ministre sur la situation des demandeurs d'asile et des personnes âgées LGBT, sur la continuité des parcours de transition pendant le confinement et sur la continuité des actions de prévention, indique l'entourage de la ministre.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Confinement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.