Carte Couvre-feu, reconfinement local ou total... Comment nos voisins européens tentent-ils d'endiguer la deuxième vague de Covid-19 ?

Les gouvernements européens durcissent les restrictions sanitaires pour enrayer la propagation du virus.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.

"Un trop grand nombre de pays connaissent une augmentation exponentielle des cas de Covid-19", a alerté l'Organisation mondiale de la santé (OMS), pointant notamment la propagation de l'épidémie en Europe. Pour endiguer la deuxième vague, plusieurs pays du Vieux Continent ont adopté de nouvelles restrictions sanitaires. En France, le gouvernement a étendu depuis samedi 24 octobre le couvre-feu à 54 départements, en plus de la Polynésie. Pour les deux-tiers de la population française, les sorties sont désormais interdites entre 21 heures et 6 heures. Des décisions similaires ont été prises chez nos voisins européens, certains allant même jusqu'à reconfiner tout ou partie de leurs habitants.

Si la carte ne s'affiche pas, cliquez ici.

Les pays qui ont instauré un reconfinement total

L'Irlande a été le premier territoire européen à reconfiner entièrement sa population, dans la nuit du mercredi 21 au jeudi 22 octobre, pour faire face à la pandémie de Covid-19. Dans l'espoir de "célébrer Noël correctement", selon les termes du Premier ministre Micheal Martin, les Irlandais sont assignés à résidence pour six semaines, mais les écoles resteront ouvertes. Les commerces non essentiels fermeront et les Irlandais ne pourront sortir de chez eux pour faire de l'exercice que dans un rayon de cinq kilomètres, sous peine d'amendes.

Le pays de Galles lui a emboîté le pas, en instaurant vendredi 23 octobre, le reconfinement de ses trois millions d'habitants. Ce "pare-feu" doit durer au moins deux semaines, a expliqué le Premier ministre gallois Mark Drakeford.

Les pays qui ont instauré un reconfinement local

Face à la recrudescence des cas en Espagne, les autorités ont dû imposer fin octobre de nouvelles restrictions, avec le bouclage partiel d'une dizaine de nouvelles villes, en plus de Madrid et de huit communes voisines, et de certaines régions, dont la Navarre. Le pays a par ailleurs décrété dimanche 25 octobre l'état d'urgence sanitaire.

Dans le Portugal voisin, les communes contiguës de Felgueiras, Lousada et Paços de Ferreira, trois municipalités du nord du pays, où résident quelque 150 000 personnes, sont reconfinées depuis vendredi 23 octobre.

En Allemagne, les 120 000 habitants de Rottal-Inn, en Bavière, sont soumis à un nouveau confinement à partir de mardi 27 octobre. Une décision similaire a été prise une semaine plus tôt, dans un canton alpin du sud, en Bavière, autour de Berchtesgaden. En République tchèque, le gouvernement a décrété la fermeture d'une grande partie des commerces. Il est demandé aux habitants de limiter leurs déplacements à l'essentiel jusqu'au 3 novembre.

Les pays qui ont mis en place un couvre-feu

Comme la France, où le couvre-feu concerne les deux-tiers de la population, plusieurs pays européens misent sur cette stratégie pour endiguer l'épidémie. En Espagne, le Premier ministre Pedro Sanchez a annoncé dimanche 25 octobre l'instauration d'un couvre-feu dans tout le pays de 23 heures à 6 heures, à l'exception des îles Canaries où l'incidence du virus est faible. La Slovaquie, la Slovénie et le Luxembourg ont pris une décision similaire.

En Belgique, un couvre-feu est en vigueur de minuit à 5 heures. Depuis lundi 26 octobre, il a été avancé à 22 heures et étendu jusqu'à 6 heures à Bruxelles et dans toute la Wallonie.

En Grèce, le couvre-feu concerne pour l'instant les deux principales villes du pays, Athènes et Thessalonique. Tandis qu'en Italie, le Latium, la région de Rome, est devenue vendredi 23 octobre, la troisième du pays, avec la Lombardie et la Campanie, à instaurer un couvre-feu.

Les pays qui ont annoncé d'autres restrictions

Sans aller jusqu'au couvre-feu ou au reconfinement, plusieurs pays européens ont récemment renforcé leurs mesures pour freiner l'épidémie de Covid-19. Aux Pays-Bas, le gouvernement a annoncé mardi 13 octobre un "confinement partiel" qui se traduit par la fermeture des bars et des restaurants et l'interdiction de la vente d'alcool le soir. Des restrictions qui tranchent avec la politique de "confinement intelligent", promue ces derniers mois par le Premier ministre Mark Rutte et nettement moins stricte que celle de ses voisins européens.

En Pologne, le Premier ministre a placé samedi 24 octobre le pays en "zone rouge", entraînant la fermeture partielle des restaurants et des écoles primaires. Les lycéens et étudiants pratiquent l'enseignement à distance. Les cérémonies de mariage sont par ailleurs interdites et le nombre des personnes strictement restreint dans les commerces, les transports et les églises.

La Roumanie et la Bulgarie, deux pays où le port du masque était jusqu'ici peu déployé, ont élargi les situations où il est obligatoire. Au Danemark, il faut depuis lundi 26 octobre se couvrir la bouche et le nez dans les lieux publics fermés, alors que les Danois étaient jusqu'à présent autorisés à s'en passer, sauf dans les transports en commun. A Oslo, en Norvège, le port du masque est obligatoire dans tous les lieux publics fermés depuis lundi 26 octobre. Il est par ailleurs recommandé de limiter ses contacts sociaux à dix personnes par semaine.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.