Covid-19 : l'Espagne décrète l'état l'urgence sanitaire et un couvre-feu pour endiguer la deuxième vague

L'état d'urgence sanitaire devrait durer jusqu'en mai. Le couvre-feu concerne tout le pays, à la seule exception des îles Canaries.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un policier monte la garde sur une place de Salamanque, en Espagne, le 24 octobre 2020. (J.M.GARCIA / EFE / SIPA)

Et un pays de plus. L'Espagne s'est ajoutée, dimanche 25 octobre, à la liste de plus en plus fournie des Etats européens ayant recours à l'état d'urgence sanitaire et au couvre-feu pour affronter la deuxième vague de la pandémie de Covid-19.

Confronté à une explosion des cas de coronavirus, le Premier ministre socialiste espagnol, Pedro Sanchez, a annoncé l'instauration avec effet immédiat d'un état d'urgence sanitaire pour une durée de plus de six mois sur tout le territoire, ainsi qu'un couvre-feu dans tout le pays, à la seule exception des îles Canaries.

Comme le prévoit la Constitution, l'"état d'alerte", nom exact de ce régime d'exception correspondant à un état d'urgence sanitaire, aura une durée initiale de 15 jours. Mais Pedro Sanchez a indiqué qu'il demanderait ensuite au Parlement "de le prolonger jusqu'à début mai", mentionnant la date du 9 mai. Concernant le couvre-feu, il a indiqué qu'il durerait en principe de 23 heures à 6 heures, avec la possibilité pour les 17 régions du pays d'avancer ou de retarder d'une heure son début et sa fin, en fonction des caractéristiques locales.

Sur un continent où tous les voyants sont au rouge, parfois écarlate, l'Espagne ne fait pas exception à la règle. Elle est ainsi devenue mercredi le premier pays de l'UE, et le sixième au monde, à dépasser le million de cas de Covid-19, alors même que Pedro Sanchez indiquait vendredi que le nombre réel de personnes infectées par le coronavirus depuis son apparition en Espagne était déjà supérieur à trois millions. Le nombre de décès est proche de 35 000.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.