Six questions sur "Obama Nungara", le ver plat invasif argentin qui colonise les jardins français

Ce ver, qui menace la biodiversité des sols, a été signalé dans pas moins de 73 départements français.

Un Obama nungara, à Bergerac (Dordogne), en août 2018.
Un Obama nungara, à Bergerac (Dordogne), en août 2018. (MAXPPP)

Il y aurait "des milliards d'individus" en France. Un ver plat invasif originaire d'Argentine est présent dans les trois quarts des départements français, selon une étude publiée jeudi 6 février et dirigée par Jean-Lou Justine, professeur au Muséum d'histoire naturelle, à Paris. Ce ver, appelé Obama nungara, a également été découvert dans plusieurs pays voisins comme le Royaume-Uni, l'Espagne, le Portugal, la Belgique, l'Italie et la Suisse.

Franceinfo vous présente ce prédateur qui vit la nuit, se déplace lentement et risque de mettre en danger la biodiversité des sols.

1A quoi ressemble ce ver ?

Plusieurs espèces de vers invasifs ont été identifiées, mais Obama nungara semble être celui qui a le plus proliféré. Classé parmi les espèces exotiques envahissantes (EEE), il est de couleur foncée, mesure entre 5 et 10 cm, et il est plat. Son nom, Obama nungara, signifie d'ailleurs "plat comme une feuille", dans une langue indigène du Brésil. Obama nungara et les vers plats font partie de la famille des plathelminthes terrestres.

2Où est-il présent en France ?

Obama nungara est présent dans pas moins de 73 départements français et quelque mille signalements ont été recensés, indiquent Jean-Lou Justine et Leigh Winsor, chercheur à l'université James-Cook, dans un article publié sur le site The Conversation.

Il n'est pas présent de façon uniforme sur le territoire français. On le trouve davantage sur la façade atlantique, particulièrement en Gironde. "Les deux ennemis principaux des plathelminthes terrestres sont la sécheresse en été et les grands froids en hiver – le climat de la côte atlantique élimine les deux problèmes", expliquent les experts. Jean-Lou Justine souligne que l'"une des observations de notre travail, c'est qu'on n'a aucun signalement plus haut que 500 mètres".

Capture d\'écran de France 2 montrant une carte des départements français où la présence du ver Obama nungara a été signalée.
Capture d'écran de France 2 montrant une carte des départements français où la présence du ver Obama nungara a été signalée. (FRANCE 2)

3Comment est-il arrivé dans l'Hexagone ?

"Les plathelminthes [la famille du Obama nungara] ne volent pas. Donc, leur seul moyen pour passer d'un continent à un autre, c'est le transport des plantes en pot. Et un Obama nungara, posé sur l'humus dans un pot de fleurs, est pratiquement invisible. Donc, il peut voyager et passer d'Argentine jusqu'en Europe", a expliqué à franceinfo Jean-Lou Justine.

"Il est arrivé en France depuis 2013, explique à France 3 Louis Cavaud, de l'Institut de l'écologie et des sciences de l'environnement, à l'université Paris-Est Créteil.

4Comment a-t-il proliféré ?

"Une fois qu'une espèce est dans un jardin, elle a beau se déplacer très lentement [la nuit], elle peut envahir le jardin voisin en quelques mois", explique Jean-Lou Justine. Obama nungara n'a "pas de prédateurs en France et en Europe. Et on ne sait pas qui le mange dans son pays d'origine, en Argentine", relève le directeur d'étude auprès de France 2. Ces vers "paraissent bien fragiles, avec leur corps mou, mais ils sont protégés par un petit arsenal chimique qui leur donne un goût exécrable qui décourage les prédateurs", écrit-il avec Leigh Winsor.

L'espèce est également fertile. Chaque cocon de ponte peut contenir jusqu'à douze œufs.

5Pourquoi pose-t-il problème ?

Le principal problème avec la propagation d'Obama nungara réside dans les éventuels dégâts qu'il peut faire sur la biodiversité. Il se nourrit d'animaux du sol comme des vers de terre et des escargots.

Or, en l'absence de prédateurs, Obama nungara a toute latitude pour continuer à proliférer, et à dévorer ses proies. Au final, cela risque de créer des déséquilibres et de menacer la qualité des sols : les lombrics jouent un rôle crucial pour aérer la terre et conserver des sols fertiles. "Si un prédateur diminue les populations de vers de terre, les sols sont en danger", avait déjà expliqué à France 2 Jean-Lou Justine. Le lombric "est le seul animal capable de rajeunir en permanence les sols", a expliqué Christophe Gatineau, agronome et cultivateur, à notre partenaire Brut.

Jean-Lou Justine se montre prudent : "On ne pense pas tout de suite qu'il va y avoir des espèces de vers de terre qui vont disparaître. Par contre, le nombre de vers de terre de chaque espèce peut être diminué dramatiquement. Mais il faut faire des études."

6Comment l'éliminer ?

Les options sont extrêmement limitées. "Il n'y a aucun produit chimique homologué ou autorisé pour tuer les vers plats et Obama nungara", explique Jean-Lou Justine à France 2. Et "il n'existe pas non plus de plantes qui permettent de les repousser", avance le professeur auprès de France 3 Nouvelle-Aquitaine"La seule solution possible pour un jardinier, c'est d'écraser les animaux." Les brûler serait également une possibilité. 

Si vous repérez un Obama nungara dans votre jardin, vous pouvez faire un signalement à Jean-Lou Justine via ce formulaire.