Présidentielle 2022: Soutien aux candidats, plafond des dépenses de campagne, vote banc, histoire du Palais de l'Élysée... Le Vrai du Faux Junior

écouter (5min)

Dans le Vrai du Faux Junior, les élèves ont cette semaine des questions sur l'actualité politique, mais aussi sur des vidéos sur les réseaux sociaux.

Article rédigé par
Mathilde Bouquerel, Julie Marie-Leconte, Adrien Maumy - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Le Palais de l'Élysée est situé au 55 rue du Faubourg Saint-Honoré. (DOMINIQUE TOUCHART / MAXPPP)

Dans le Vrai du Faux Junior, une classe de quatrième du collège Émile Zola à Igny, dans l’Essonne, a des questions sur l'actualité politique, vendredi 22 avril, à deux jours du second tour de la présidentielle. Julie Marie-Leconte, journaliste au service politique de franceinfo, leur répond. 

D'anciens présidents de la République ont bien pris position dans l'entre-deux tours

"Est-ce vrai, demande Théa, que l'ancien président Nicolas Sarkozy a déclaré qu'il voterait pour Emmanuel Macron au second tour ?"

"C'est vrai", lui répond la journaliste du service politique. "Nicolas Sarkozy était président entre 2007 et 2012 et il a appelé à voter Emmanuel Macron alors qu'il n'appartient pas à sa famille politique, il fait partie des Républicains. D'ailleurs François Hollande, qui a été président de 2012 à 2017 et qui est socialiste, a lui aussi appelé à voter pour Emmanuel Macron. C'est ce qu'on appelle le barrage à l'extrême droite parce qu'ils considèrent que Marine Le Pen n'incarne pas, ne peut pas porter les valeurs de la République." Julie Marie-Leconte souligne que, de son côté, Marine Le Pen, candidate du Rassemblement national, a elle aussi reçu des soutiens: ceux d'Éric Zemmour et de Nicolas Dupont-Aignan, deux personnalités qu'on place aussi à la droite de la droite sur l'échiquier politique. 

Il y a bien une différence entre vote blanc et abstention

"Qu'est-ce qu'une abstention ? Et quelle est la différence entre l'abstention et le vote blanc ?" demande Galade.


"L'abstention, lui explique la journaliste politique, c'est quand on ne va pas voter du tout. On peut avoir plein de raisons pour cela, soit parce qu'on n'a pas envie, soit parce que la politique ne nous intéresse pas. Le vote blanc, ajoute-t-elle, c'est quand on décide de mettre dans l'urne soit une enveloppe vide, soit un bulletin vierge sans nom du tout. Julie Marie-Leconte explique que depuis 2014 les votes blancs sont décomptés. Par exemple, au 1er tour de l'élection présidentielle cette année, près de 544 000 personnes ont décidé de voter blanc. "Ces bulletins-là, précise la journaliste politique, ne sont pas pris en compte comme des suffrages exprimés. Mais l'objectif de la loi quand elle a été votée était quand même de reconnaitre que le vote blanc est un acte citoyen, puisque l'électeur se déplace jusqu'à son bureau de vote. Il fait savoir qu'il n'est pas d'accord avec le choix qu'on lui propose".

Les dépenses de campagne sont bien plafonnées

"Est-ce vrai que les comptes de campagne des candidats sont plafonnés ?" demande Arthur. 


"Oui, enfin ce sont les dépenses de campagne qui sont plafonnées", lui précise Julie Marie-Lecomte. Il y a des règles assez strictes." L'idée, pointe-t-elle, est d'éviter par exemple que quelqu'un qui soit très riche puisse dépenser beaucoup d'argent pour se présenter, alors que quelqu'un de pauvre soit coincé et ne puisse pas prétendre à l'Élysée. Bien sûr ça ne règle pas tout parce qu'il faut quand même trouver les sous avant, parfois emprunter, et c'est seulement après qu'on est remboursé. Mais au second tour, le plafond est quand même de 22 509 000 euros".

L'Élysée est bien un ancien hôtel particulier

Arthur a une autre question qui porte sur la résidence du futur président ou de la future présidente de la République, le Palais de l’Élysée: "Est-ce vrai que l'Élysée était autrefois un hôtel particulier ?"

"Oui, c'est vrai", lui répond la journaliste politique de franceinfo. "Il a été construit au début du XVIIIe siècle, après la mort de Louis XIV, par le comte d'Évreux. Après la mort du Roi-Soleil qui vivait à Versailles, la cour a décidé de revenir à Paris. "Les nobles, poursuit Julie Marie-Leconte, voulaient se faire construire des maisons pas très loin de la cour. Comme le centre de Paris était tout petit, les rues étaient très sombres, parfois dangereuses, le terrain qu'a acheté le comte d'Évreux était situé dans un village, un faubourg. L'Élysée, est donc bien un hôtel particulier, un endroit pour vivre, ce qui pose d'ailleurs aujourd'hui certains problèmes parce que l'Élysée est un endroit qui n'est pas du tout organisé pour travailler. 

Attention à certaines vidéos alarmantes sur les réseaux sociaux

Les adolescents ont enfin une question sur un tout autre sujet que la politique et qui les concerne directement : ces vidéos qui circulent en ce moment sur les réseaux sociaux, sur Twitter et TikTok notamment et où il est question de chocolat. On y voit des personnes qui montrent de petites billes blanches sur des chocolats Kinder ou dans du Nutella. Selon les commentaires sous ces vidéos, ce serait des traces de salmonelle, une bactérie qui provoque des gastro-entérites et de la fièvre.

"Or c'est faux, explique Adrien Maumy, de la Cellule Vrai du Faux de franceinfo. Contacté par franceinfo, Ferrero, le groupe qui possède Kinder et Nutella, explique que ces tâches sont dues à un phénomène qu’on appelle le “granini”. Parfois l’huile et le sucre remontent pendant la cuisson. Et quand ils durcissent cela donne ce genre de billes. Selon Ferrero cela ne change ni la qualité ni le goût.

"Si ces images sont devenues virales, ajoute Adrien Maumy, c’est parce que ces dernières semaines plusieurs rappels de produits ont fait beaucoup parler d’eux. Il y a eu les pizzas Buitoni, puis les chocolats Kinder. Des produits que les autorités sanitaires ont retiré de la vente. Dans ce contexte, des consommateurs ont pris peur. Mais ce ne sont pas les seuls. En pleines fêtes de Pâques, Ferrero a voulu les rassurer. Ils ont mis en place un numéro de téléphone, une adresse mail et ont répondu aux questions des clients sur les réseaux sociaux."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.